Accéder au contenu principal

Extracted

Extracted est un thriller, écrit et réalisé par Nir Paniry, qui propose une idée de départ intéressante sans être foncièrement originale : un ingénieur invente une machine permettant de rentrer dans les souvenirs des gens. Ce qu’il apprendra un peu plus tard, c’est que le financement de son projet révolutionnaire n’a attiré que le directeur d’un pénitencier. Ce dernier lui propose de tester l’invention sur un détenu, accusé du meurtre de sa petite amie. 
Nir Paniry opte, lors des scènes se déroulant dans les souvenirs d’un des personnages, pour la plus grande sobriété (ce qui est probablement dû au faible budget du film, toutes choses égales par ailleurs) ; ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bonnes idées. Bien au contraire. 
En outre le film baigne dans une certaine mélancolie, et le rythme modéré et en dents de scie n’a pas entamé mon intérêt pour cette histoire qui réserve justement, et sans esbroufe, des points d’acmé fort réussis. L’interprétation est plutôt honnête, avec cependant une mention spéciale pour Dominic Bogart dans le rôle du toxicomane accusé de meurtre.  
En sus Extracted propose quelques réflexions sur ce que sont nos souvenirs ou sur ce que l'on croit qu'ils sont ; rien d’original là non plus, mais ces idées irriguent le film et lui donne un arrière-plan des plus intéressants. 
Extracted est donc un film en définitive, que vous pouvez voir si le cœur vous en dit ; et pour ma part j’attends de pied ferme le prochain projet de Nir Paniry.

Commentaires

  1. Le pitch de départ se rapproche du travail de Satoshi Kon et Kiyoshi Kurosawa sur des films comme Paprika et Real, très réussis, mais semble aller dans une autre direction visiblement. ça m'intéresse, merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Massacres à New York [Jack Cannon / Claro]

C'est un « tweet » de J ack C arr (l'auteur de Terminal List ), qui souhaitait un bon anniversaire à N elson D e M ille, qui a aiguisé ma curiosité.  Si j'avais - je crois ? - vu une adaptation cinématographique de l'un des romans de D e M ille ( Le déshonneur d'Ann Campbell ), je n'en avais en revanche jamais lus aucun.  Mon choix s'est donc porté sur L'Île des fléaux , roman disponible à la médiathèque, et premier d'une série dont le personnage principal est un certain John Corey .  Mal m'en a pris.              Je crois que c'est la pire traduction qu'il m'a été donnée de lire. Dès les premières pages on trouve un « détective », des « officiers », en lieu et place d'un inspecteur et d'agents. Un peu plus loin mais guère plus, le traducteur confond le canon d'une arme et son barillet, et cerise sur le gâteau (c'est le cas de le dire), construit une maison en pain d'épices ( gingerbread qui pour le coup a ici l

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er