Accéder au contenu principal

Marvelman (L. Miller & Son \ Mick Anglo)

Dans un article précédent je m'étais intéressé au Captain Marvel de l’éditeur Fawcett Comics, dans celui-ci je m'intéresse à sa progéniture britannique.

En 1953, le procès qui oppose depuis longtemps DC Comics (qui s'appelle encore à l'époque National Periodical Publications) l’éditeur de Superman et Fawcett Comics celui de Captain Marvel sur la question de savoir si The Big Red Cheese est un plagiat de The Big Blue Boy Scout se termine sur un arrangement à « l’amiable » Fawcett arrête purement et simplement de publier des bandes dessinées. 
Ce long procès fera notamment l'objet d'une parodie par l'équipe du magazine MAD produit par EC Comics (n°4 daté d'avril-mai 1953) intitulé Superduperman.
Le coup comme on peut s'en douter, est très dur pour Miller & Son (qui édite la "famille Marvel" en Grande-Bretagne) car le manque à gagner ne s’arrête pas à Captain Marvel, l’éditeur londonien publie alors environs 256 pages de « matériel » Fawcett par mois. 
Face à la crise, l’éditeur anglais se tourne vers Mick Anglo et son studio pour produire un nombre de pages équivalent par mois. En outre il lui demande aussi de créer un personnage « à la manière de » Captain Marvel.
Marvelman #25 - Février 1954
Le départ de Captain Marvel et de Captain Marvel Junior est annoncé aux lecteurs britanniques par Billy Batson alias Captain Marvel et Freddy Freeman (l’alter ego de Cpt Marvel Jr) dans leur magazine respectif.
Le passage de relais se fait officiellement en janvier 1954, et en février de la même année les deux revues changent de titre et deviennent Marvelman et Young Marvelman tout en continuant la numérotation commencée avec leurs prédécesseurs américains.
En 1956 un troisième magazine est édité Marvelman Family, suivront des annuals et des albums. 

Marvelman est souvent considéré comme le premier super héros britannique, ce personnage du fait de sa naissance présente quelques similitudes avec son aîné étasunien, c'est le moins que l'on puisse dire.
Mick Moran le jeune alter ego du héros est un jeune reporter au Daily Buggle alors que Billy Batson travaillait pour une station de radio. 
Le rouge du costume de Captain Marvel devient bleu chez Marvelman et les cheveux du super-héros passent du brun au blond.
Si le héros de Fawcett doit ses pouvoirs à la magie, celui de L. Miller & Son les devra à la science et à sa rencontre avec un astrophysicien, Guntag Barghelt
En prononçant le mot Kimota (atomik à l’envers) il se transforme à l’instar de Billy Batson et vit des aventures dans la même veine que son homologue américain. 
Et comme lui, il aura lui aussi une « famille » super-héroïque.
Encore une fois au pays des miroirs tout est possible.
En 1954 Mick Anglo a créé un autre personnage largement inspiré du Captain Marvel de Fawcett Comics : Captain Universe pour la Arnold Book Company (une filiale de L. Miller & Son) plus connue sous l'appellation d'ABC.
ABC (America's Best Comics) est aussi le label sous lequel Alan Moore a entrepris de revenir à des personnages moins grim & gritty (sombres et violents) à la fin des années 90, une tendance qu'on lui reprochait d'avoir portée au pinacle avec Watchmen.
Notons également que Captain Universe fera un retour, des années plus tard, dans la série La Ligue des Gentlemen Extraordinaires.
Cette similitude entre les deux logos, celui de l'Arnold Book Company et celui d'America's Best Comics (voir également le logo triangulaire de L. Miller & Son et celui que Tom Strong arbore sur sa poitrine) accrédite un peu plus la théorie que j'avais échafaudée sur la volonté qui animait alors Alan Moore au moment où il écrivait Tom Strong, Promethea, et les autres personnages de son label pour pour DC Comics via Wildstorm.     

Mais rien n’est simple au pays des super-héros … 

En novembre 1959 paraît le premier numéro de la maison d’édition DC Comics en terre d’Angleterre, c’est le début d’une importation massive de bandes dessinées américaines ; à partir de cette date les personnages et les histoires ne passent plus par un éditeur autochtone. 
En outre la maison d'édition de Len Miller publie également depuis une dizaine d'années du matériel en provenance d'Atlas Comics, la maison d'édition d'où sortiront Stan Lee, les 4 Fantastiques, Spider-Man et bien d'autres, et il semblerait, selon certaines sources, que les vieux titres d'horreur et de fantasy d'Atlas se vendaient mieux que Marvelman
Toutefois cette dernière allégation fait l'objet de controverses dans le milieu des spécialistes de la bande dessinée. 
En tout état de cause, quelles qu’en soit les raisons,  l'année 1963 va sonner le glas de Marvelman et de ses revues associées.
On remarquera que cette date a été celle qu’a choisie Alan Moore pour l’une de ses séries qui le voyait revenir sur le devant de la scène au début des années 90.

1963 a été de mon point de vue, tout comme Supreme ou encore Glory les prémices du label America's Best Comics, mais ceci est une autre histoire ; mais justement, l’expérience nous a appris que les vrais héros ne meurent jamais.


(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…