Accéder au contenu principal

Marvelman (L. Miller & Son \ Mick Anglo)

Dans un article précédent je m'étais intéressé au Captain Marvel de l’éditeur Fawcett Comics, dans celui-ci je m'intéresse à sa progéniture britannique.

En 1953, le procès qui oppose depuis longtemps DC Comics (qui s'appelle encore à l'époque National Periodical Publications) l’éditeur de Superman et Fawcett Comics celui de Captain Marvel sur la question de savoir si The Big Red Cheese est un plagiat de The Big Blue Boy Scout se termine sur un arrangement à « l’amiable » Fawcett arrête purement et simplement de publier des bandes dessinées. 
Ce long procès fera notamment l'objet d'une parodie par l'équipe du magazine MAD produit par EC Comics (n°4 daté d'avril-mai 1953) intitulé Superduperman.
Le coup comme on peut s'en douter, est très dur pour Miller & Son (qui édite la "famille Marvel" en Grande-Bretagne) car le manque à gagner ne s’arrête pas à Captain Marvel, l’éditeur londonien publie alors environs 256 pages de « matériel » Fawcett par mois. 
Face à la crise, l’éditeur anglais se tourne vers Mick Anglo et son studio pour produire un nombre de pages équivalent par mois. En outre il lui demande aussi de créer un personnage « à la manière de » Captain Marvel.
Marvelman #25 - Février 1954
Le départ de Captain Marvel et de Captain Marvel Junior est annoncé aux lecteurs britanniques par Billy Batson alias Captain Marvel et Freddy Freeman (l’alter ego de Cpt Marvel Jr) dans leur magazine respectif.
Le passage de relais se fait officiellement en janvier 1954, et en février de la même année les deux revues changent de titre et deviennent Marvelman et Young Marvelman tout en continuant la numérotation commencée avec leurs prédécesseurs américains.
En 1956 un troisième magazine est édité Marvelman Family, suivront des annuals et des albums. 

Marvelman est souvent considéré comme le premier super héros britannique, ce personnage du fait de sa naissance présente quelques similitudes avec son aîné étasunien, c'est le moins que l'on puisse dire.
Mick Moran le jeune alter ego du héros est un jeune reporter au Daily Buggle alors que Billy Batson travaillait pour une station de radio. 
Le rouge du costume de Captain Marvel devient bleu chez Marvelman et les cheveux du super-héros passent du brun au blond.
Si le héros de Fawcett doit ses pouvoirs à la magie, celui de L. Miller & Son les devra à la science et à sa rencontre avec un astrophysicien, Guntag Barghelt
En prononçant le mot Kimota (atomik à l’envers) il se transforme à l’instar de Billy Batson et vit des aventures dans la même veine que son homologue américain. 
Et comme lui, il aura lui aussi une « famille » super-héroïque.
Encore une fois au pays des miroirs tout est possible.
En 1954 Mick Anglo a créé un autre personnage largement inspiré du Captain Marvel de Fawcett Comics : Captain Universe pour la Arnold Book Company (une filiale de L. Miller & Son) plus connue sous l'appellation d'ABC.
ABC (America's Best Comics) est aussi le label sous lequel Alan Moore a entrepris de revenir à des personnages moins grim & gritty (sombres et violents) à la fin des années 90, une tendance qu'on lui reprochait d'avoir portée au pinacle avec Watchmen.
Notons également que Captain Universe fera un retour, des années plus tard, dans la série La Ligue des Gentlemen Extraordinaires.
Cette similitude entre les deux logos, celui de l'Arnold Book Company et celui d'America's Best Comics (voir également le logo triangulaire de L. Miller & Son et celui que Tom Strong arbore sur sa poitrine) accrédite un peu plus la théorie que j'avais échafaudée sur la volonté qui animait alors Alan Moore au moment où il écrivait Tom Strong, Promethea, et les autres personnages de son label pour pour DC Comics via Wildstorm.     

Mais rien n’est simple au pays des super-héros … 

En novembre 1959 paraît le premier numéro de la maison d’édition DC Comics en terre d’Angleterre, c’est le début d’une importation massive de bandes dessinées américaines ; à partir de cette date les personnages et les histoires ne passent plus par un éditeur autochtone. 
En outre la maison d'édition de Len Miller publie également depuis une dizaine d'années du matériel en provenance d'Atlas Comics, la maison d'édition d'où sortiront Stan Lee, les 4 Fantastiques, Spider-Man et bien d'autres, et il semblerait, selon certaines sources, que les vieux titres d'horreur et de fantasy d'Atlas se vendaient mieux que Marvelman
Toutefois cette dernière allégation fait l'objet de controverses dans le milieu des spécialistes de la bande dessinée. 
En tout état de cause, quelles qu’en soit les raisons,  l'année 1963 va sonner le glas de Marvelman et de ses revues associées.
On remarquera que cette date a été celle qu’a choisie Alan Moore pour l’une de ses séries qui le voyait revenir sur le devant de la scène au début des années 90.

1963 a été de mon point de vue, tout comme Supreme ou encore Glory les prémices du label America's Best Comics, mais ceci est une autre histoire ; mais justement, l’expérience nous a appris que les vrais héros ne meurent jamais.


(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » S cott Z . B urns              The Report , du réalisateur & scénariste S cott Z . B urns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante.  En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice D ianne F einstein, D aniel J . J ones va, avec une équipe restreinte ( sic ) , consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats. Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de R ay C elestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte.  Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais R yūnosuke A kutagawa [ Pour en savoir + ], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de «  West End Blues  », un  morceau de L ouis A rmstrong.  Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies , également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton .  « J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »             Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je doi

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille , dont l'indispensable couverture d' A urélien P olice dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force. De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C . R obert C argil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.             Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre. Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile , une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale. Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quê