Accéder au contenu principal

Fort Apache, The Bronx

Inspiré officieusement par un roman de l'auteur Tom Walker écrit dans les années 70, en tout cas selon ses propres dires, lequel a par ailleurs déposé une plainte à l'époque puisqu'il ne s'est aperçu de la ressemblance entre son roman et le film qu’après que ce dernier soit sur les écrans (sa plainte n'a pas aboutie), Fort Apache, The Bronx s'appuie officiellement sur l'expérience de deux policiers qui ont travaillé dans le quartier du Bronx à New York, et que Paul Newman a rencontré pour préparer son interprétation. 
Le film suit plus particulièrement la vie professionnelle et privée d'un flic de terrain, un patrouilleur, Murphy, interprété par un Paul Newman en très grande forme, qui travaille dans le sud du Bronx depuis 14 ans.
Trois événements concomitants vont au début du film, donner une nouvelle orientation à son travail et à sa vie : il y a un "tueur de flic" dans les rues, un nouveau capitaine est nommé à la tête du commissariat où il travaille, l'un des plus durs de Big Apple surnommé Fort Apache, et il commence une liaison avec une jeune infirmière Porto-Ricaine.
Ce qui m'a le plus frappé dans ce film, intitulé Le Policeman dans l'Hexagone, c'est d'une part la violence sociale qui ressort au travers des ruines urbaines que l'on voit : on dirait que certaines zones du Bronx ont été bombardées ; à laquelle s'ajoute une violence sourde, quotidienne, qui se manifeste par l'omniprésence de la prostitution et par la saleté des rues, c'est saisissant.
Et la violence exacerbée et visible d'une partie des habitants suite à plusieurs arrestations qui se manifeste par une marche vers le commissariat : on renverse quelques poubelles, on crie beaucoup, et les projectiles que la foule utilise sont, tenez-vous bien des légumes !
L'ustensile le plus dangereux qui sera utilisé à un moment donné, sans conséquence au demeurant, est un WC jeté d'un petit immeuble.
Alors que certaines scènes sont plutôt très violentes, voire dérangeantes, on nous montre par ailleurs une foule en train de jeter des légumes sur les forces de l'ordre. C'est assez déroutant (et un poil ridicule), surtout si on a vu par exemple, le film Assaut de John Carpenter, ou si on a en tête les émeutes dans les banlieues françaises en 2005. 
Cependant, le film n'en pâtit pas vraiment, tant l'interprétation de Paul Newman dans le rôle d'un flic de terrain qui tente par tous les moyen de faire son travail, tout en préservant la "paix sociale" face à un nouveau capitaine droit dans ses bottes et pour qui force doit rester à la loi, mais aussi face à certains de ses collègues aux méthodes plus musclées, est exemplaire. 
Et un brin idéaliste.
Si Newman est soutenu dans son entreprise par une distribution sans faille, et des personnages intéressants, on ne peut pas en dire autant de la mise en scène : c'est assez plan-plan sans être foncièrement mauvais. Du moins selon mon point de vue. 
En définitive Le Policeman est un film étonnant, mais surement à son corps défendant, mais qui vaut selon moi quand même la peine d'être vu. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®