Accéder au contenu principal

Fort Apache, The Bronx

Inspiré officieusement par un roman de l'auteur Tom Walker écrit dans les années 70, en tout cas selon ses propres dires, lequel a par ailleurs déposé une plainte à l'époque puisqu'il ne s'est aperçu de la ressemblance entre son roman et le film qu’après que ce dernier soit sur les écrans (sa plainte n'a pas aboutie), Fort Apache, The Bronx s'appuie officiellement sur l'expérience de deux policiers qui ont travaillé dans le quartier du Bronx à New York, et que Paul Newman a rencontré pour préparer son interprétation. 
Le film suit plus particulièrement la vie professionnelle et privée d'un flic de terrain, un patrouilleur, Murphy, interprété par un Paul Newman en très grande forme, qui travaille dans le sud du Bronx depuis 14 ans.
Trois événements concomitants vont au début du film, donner une nouvelle orientation à son travail et à sa vie : il y a un "tueur de flic" dans les rues, un nouveau capitaine est nommé à la tête du commissariat où il travaille, l'un des plus durs de Big Apple surnommé Fort Apache, et il commence une liaison avec une jeune infirmière Porto-Ricaine.
Ce qui m'a le plus frappé dans ce film, intitulé Le Policeman dans l'Hexagone, c'est d'une part la violence sociale qui ressort au travers des ruines urbaines que l'on voit : on dirait que certaines zones du Bronx ont été bombardées ; à laquelle s'ajoute une violence sourde, quotidienne, qui se manifeste par l'omniprésence de la prostitution et par la saleté des rues, c'est saisissant.
Et la violence exacerbée et visible d'une partie des habitants suite à plusieurs arrestations qui se manifeste par une marche vers le commissariat : on renverse quelques poubelles, on crie beaucoup, et les projectiles que la foule utilise sont, tenez-vous bien des légumes !
L'ustensile le plus dangereux qui sera utilisé à un moment donné, sans conséquence au demeurant, est un WC jeté d'un petit immeuble.
Alors que certaines scènes sont plutôt très violentes, voire dérangeantes, on nous montre par ailleurs une foule en train de jeter des légumes sur les forces de l'ordre. C'est assez déroutant (et un poil ridicule), surtout si on a vu par exemple, le film Assaut de John Carpenter, ou si on a en tête les émeutes dans les banlieues françaises en 2005. 
Cependant, le film n'en pâtit pas vraiment, tant l'interprétation de Paul Newman dans le rôle d'un flic de terrain qui tente par tous les moyen de faire son travail, tout en préservant la "paix sociale" face à un nouveau capitaine droit dans ses bottes et pour qui force doit rester à la loi, mais aussi face à certains de ses collègues aux méthodes plus musclées, est exemplaire. 
Et un brin idéaliste.
Si Newman est soutenu dans son entreprise par une distribution sans faille, et des personnages intéressants, on ne peut pas en dire autant de la mise en scène : c'est assez plan-plan sans être foncièrement mauvais. Du moins selon mon point de vue. 
En définitive Le Policeman est un film étonnant, mais surement à son corps défendant, mais qui vaut selon moi quand même la peine d'être vu. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.