Accéder au contenu principal

Hellblazer : Good Intentions (Azzarello/Frusin)

... Nous avions laissé John Costantine à la fin du précédent arc narratif, en train de sortir de prison.
Nous le retrouvons dans celui-ci au seuil d'une errance, l'un des grands thèmes de la littérature américaine et Le mythe fondateur de l'imaginaire étasunien : de la théorie de la Frontière à Thelma & Louise en passant par la Beat Generation, pour le dire vite.  
Brian Azzarello n'est pas de ceux qui pensent que c'est le but du voyage qui compte. Il n'est pas de ceux non plus qui pensent que seul le voyage compte, peu importe la destination.
Non il est de ceux peu nombreux peut-être, qui accordent autant d'importance à l'un et à l'autre.
Ainsi, avant d'arriver à destination John Constantine va-t-il faire quelques belles rencontres.
Enfin belles, tout le monde n'est peut-être pas du même avis.
Auteur de la veine Noire et hard-boiled de la littérature U.S Azzarello n'oublie de rendre hommage à ses aînés
Entre les mains de l'américain Azzarello, le magicien Constantine, issu des classes laborieuses, inventé par Moore, Veitch & Totleben dans les pages de Swamp Thing incarne plus que jamais le pícaro ; ce personnage (venu de la littérature espagnole) qui dans une errance permanente, à l'instar de celle des chevaliers mais dans une version grim & gritty (littéralement "sinistre & crue"), travers une série d'aventures qui sont pour lui l'occasion de contester l'ordre social établi. 
Rusé, parfois fourbe, manipulateur, le pícaro est aussi un intrigant (c'est-à-dire un agent interne de l'intrigue) de basse extraction qui vit en marge de la société et bien entendu, à ses dépens ; bien qu'il ne soit pas naturellement honnête le pícaro peut l'être quelques fois, par hasard. 
Cependant sa volonté est entièrement tournée vers la survie, il ne combat jamais du moins en apparence, pour sauver la veuve et l'orphelin, ou pour des "Principes", mais bien pour des récompenses "sonnantes et trébuchantes". 
Fauteur de troubles, il est capable de faire de mauvaises choses pour de bonnes raisons. Produit de la pauvreté et de la misère, né des circonstances engendrées par la guerre ; le pícaro originel est un mélange de stoïcisme et de cynisme. 
Du premier il tient son insensibilité face au malheur et une tendance à tirer profit de ses contretemps. Du second son mépris des lois, ce qui en fait une espèce d'anarchiste alors capable d'attaquer de front, sans détour. 
Paradoxalement, il suscite néanmoins la sympathie, voire l'admiration ; plus transgressif que subversif, il n'est pas un héros mais un héraut, voire un anti-héros.
C'est Marcello Frusin qui occupe la place du dessinateur avec James Sinclair aux couleurs, le duo opèrent dans un style qui n'est pas sans rappeler Edouardo Risso & Patricia Mulvihill sur 100 Bullets du même Azzarello : 
... Les amateurs du genre le savent bien, le roman "Noir" c'est (souvent) un sentiment d'impuissance absolue dans un monde brusquement dangereux, ce sont des personnages qui créent eux-mêmes leur propre enfer pour échapper au mélodrame de seconde zone dans lequel ils sont embourbés, pour échapper au Traquenard.
Brian Azarello fait de la BD Hellblazer une bande dessinée "Noire" comme on peut le dire du roman ou du film. Noir !
Certainement, à mes yeux déjà, le meilleur de ce que cette littérature et ce cinéma ont pu produire de mieux jusqu'à nos jours. 

(À suivre ...)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®