Accéder au contenu principal

Hellblazer : Hard Time (Azzarello/Corben)



... Je viens d'entamer la relecture du run de Brian Azzarelo et, du peu que j'ai lu des aventures du sémillant magicien (?) britannique, relativement aux très nombreux numéros je veux dire, je crois que c'est la période que je préfère.
Le scénariste étasunien (alors que jusque là nous avions à faire à des auteurs britanniques), joue bien de l’ambiguïté du personnage, tantôt sûr de lui, tantôt dépassé par les événements. 
D'où tire-t-il son insolente chance ? Est-il un "vrai" magicien ou un arnaqueur génial ?
Ou les deux ?

... Dans cette aventure (Hellblazer #146-150), Azzarelo, qui par ailleurs n'aimait pas le personnage (mais il aimait la série) avait des projets que DC Comics n'a pas entériné (trop radicaux ?), met John Constantine derrière les barreaux. 
Une aventure qui n'aurait pas dépareillé dans un épisode de la série télévisée OZ
Même ambiance, mêmes personnages, mêmes situations. À ceci près que Constantine est dans la place.
La force dit-on d'Azzarello réside en grande partie dans ses dialogues, et pour le coup c'est Jim Lainé qui se colle à la traduction et ça sonne plutôt juste.  
Aux dessins, c'est Richard Corben qui lâche pour mon plus grand plaisir son aérographe, James Sinclair aux couleurs exécute un parcours sans faute et parvient à rendre encore plus inquiétants les personnages dessinés par Corben (Comme si c'était possible).
La chute de l'histoire est joliment troussée, si je puis me permette ; et on trouve Hellblazer : Hard Time chez l'éditeur THOT pour ceux qui ne lisent que le français.
Pour les anglophones on trouve ces numéros en floppy, et sous forme de trade paperback, au moins.  
Ah ! j'allais oublier, les couvertures originales sont l'oeuvre de Tim Bradstreet.
Sur cette illustration Constantine me fait penser à Brad Pit dans Fight Club

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.