Accéder au contenu principal

Hellblazer : Hard Time (Azzarello/Corben)



... Je viens d'entamer la relecture du run de Brian Azzarelo et, du peu que j'ai lu des aventures du sémillant magicien (?) britannique, relativement aux très nombreux numéros je veux dire, je crois que c'est la période que je préfère.
Le scénariste étasunien (alors que jusque là nous avions à faire à des auteurs britanniques), joue bien de l’ambiguïté du personnage, tantôt sûr de lui, tantôt dépassé par les événements. 
D'où tire-t-il son insolente chance ? Est-il un "vrai" magicien ou un arnaqueur génial ?
Ou les deux ?

... Dans cette aventure (Hellblazer #146-150), Azzarelo, qui par ailleurs n'aimait pas le personnage (mais il aimait la série) avait des projets que DC Comics n'a pas entériné (trop radicaux ?), met John Constantine derrière les barreaux. 
Une aventure qui n'aurait pas dépareillé dans un épisode de la série télévisée OZ
Même ambiance, mêmes personnages, mêmes situations. À ceci près que Constantine est dans la place.
La force dit-on d'Azzarello réside en grande partie dans ses dialogues, et pour le coup c'est Jim Lainé qui se colle à la traduction et ça sonne plutôt juste.  
Aux dessins, c'est Richard Corben qui lâche pour mon plus grand plaisir son aérographe, James Sinclair aux couleurs exécute un parcours sans faute et parvient à rendre encore plus inquiétants les personnages dessinés par Corben (Comme si c'était possible).
La chute de l'histoire est joliment troussée, si je puis me permette ; et on trouve Hellblazer : Hard Time chez l'éditeur THOT pour ceux qui ne lisent que le français.
Pour les anglophones on trouve ces numéros en floppy, et sous forme de trade paperback, au moins.  
Ah ! j'allais oublier, les couvertures originales sont l'oeuvre de Tim Bradstreet.
Sur cette illustration Constantine me fait penser à Brad Pit dans Fight Club

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®