Accéder au contenu principal

Jonny Double (Azzarello/Risso)

... La mini-série Jonny Double n'a jamais aussi bien portée son nom.

En effet, j'ai lu cette série il y a déjà pas mal d'années, lors de la sortie de la version française chez l'éditeur Le Téméraire, celui-là même qui a édité le premier du Vertigo dans l'Hexagone.
Or donc je suis tombé sur mon exemplaire dernièrement, et j'ai entamé sa relecture, le hasard faisant bien les choses je suppose puisque je suis justement en pleine lecture de récits hard-boiled.
Coïncidence, je suis aussi tombé sur la version originale paru chez DC Comics en quatre livraisons.

J'ai d'abord constaté que la série avait paru en couleurs aux U.S.A, cela dit le choix du noir & blanc marche plutôt pas mal pour ce polar sévèrement burné comme sait en écrire Brian Azzarello ; mais quelle ne fut pas ma surprise de constater que la fin de l'histoire n'était pas la même que dans la version française.

Pour vous donner une idée de la situation jetez un coup d’œil vous-même :





Pour le coup Jonny Double est vraiment "double".
Remontage de la part de l'éditeur français ? Fin alternative ?

Si jamais quelqu'un connaît le fin mot de l'histoire qu'il n'hésite pas à venir m'en faire part.

Addenda :

La version U.S de Jonny Double est effectivement en couleur, elle est réalisée par le premier coloriste de 100 Bullets : Grant Goleash.
Quant à la fin de l'histoire, elle comprend 5 planches inédites qui clarifient le dénouement de l'intrigue. Ces planches n’étaient pas présentes dans la V.F N&B publiée chez Le Téméraire. La V.O reproduit aussi les 4 couvertures du légendaire Mark Chiarello qui aurait dû être le cover artist de la série 100 Bullets, mais qui a passé la main à Dave Johnson
La V.F en N&B utilise un dessin de Risso en couverture qui n'est autre que l'illustration qui avait été faite pour annoncer la sortie de la mini-série mensuelle dans le Previews de mai/juin 1998.

Merci à hanpansu pour ces précisions.

Reste à savoir à quel moment ces modifications ont étéfaites, pourquoi et surtout pourquoi la V.F n'en a pas Tenu compte ?

Commentaires

  1. Simple supposition, mais je pense que la VF reprend certainement les épisodes parus en single à l'époque de leur première sortie. La VO que tu possèdes est probablement un TPB "remastérisé" avec des bonus, dont cette fin plus explicite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûrement ça.

      Par contre c'est la première fois que je lis un fin modifiée d'une édition à l'autre.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®