Accéder au contenu principal

Le Livre de Fatalis (Brubaker/Raimondi)

... Ed Bubaker a déjà exprimé son intérêt pour la faune bigarrée des pulp magazines des années 1920/1930, où les justiciers masqués côtoient la "scientifiction" et le weird sans aucun complexe : dans la série Iron Fist avec la création d'Orson Randall ou encore avec Incognito.
Avec les origines du docteur Fatalis il récidive.
Fatalis est un personnage hors du commun, et Ed Brubaker ne l'oublie pas ; non seulement il offre une histoire captivante, même si on la connaît déjà plus ou moins, mais en plus il y met la forme.
Ainsi sont récit est-il émaillé d'inserts où des témoins justifient ou renforcent le propre récit de Fatalis.
Spécialiste de la littérature dans sa veine la plus Noire, celle où la vie est un piège et la destinée un guet-apens, Brubaker devait un jour ou l'autre écrire sur Victor von Fatalis.
Cependant il ne se contente pas de dérouler la biographie (même non-autorisée) du célèbre super villain, il y ajoute son "tour de main".
Ces origines ne sont pas une simple resucée mais, à l'instar du nombre d'or, toujours le même mais capable d'engendrer les figures les plus variées en leur conférant une originalité et une personnalité toujours nouvelle, il agit de même avec le concept éculé de "l'origine". 

Et il s'en tire haut la main. 

... Secondé dans son entreprise par Pablo Raimondi, Mike Farmer (principalement) à l'encrage et Brian Rebeur à la colorisation, les six numéros (regroupés dans le Marvel Mega (Panini) n°30 (décembre 2006), proposent un divertissement mainstream entre la machine à standardiser et l'originalité créatrice c'est-à-dire avec la singularité d'un regard et d'un style.
En définitive le meilleur de ce qui peut se lire aujourd'hui dans l'univers des super-héros, quadrant de l'imaginaire sévèrement sinistrés'il en est. [-_ô]

Commentaires

  1. Merci pour ce billet, Artie, voilà qui me rappelle d'excellents souvenirs : j'avais beaucoup aimé ce boulot de Brubaker, au final aussi simple qu'astucieux. Il me semble en outre que Brubaker a bien compris (à l'instar d'un Alan Moore sur "Killing Joke") qu'entourer les origines des vilains d'une aura de doute et de semi-vérités collaient bien à la personnalité de ces persos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir, et tout à fait d'accord avec ton analyse !

      Supprimer
    2. Moi non plus, mais on doit le trouver assez facilement. [-_ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®