Accéder au contenu principal

Batman : Cité brisée (Azzarello/Risso/Mulvihill)


... Cité brisée est un court passage de Brian Azzarello associé au dessinateur Edouardo Risso et de la coloriste Patricia Mulvihill sur le personnage créé par Bob Kane & Bill Finger en 1939. 
En six épisodes (traduits en français dans les magazines Batman n° 9 à 12 par l'éditeur SEMIC) Azzarello et son équipe plongent Batman dans un genre en tant qu'il est une pratique institutionnelle visant à produire une oeuvre dont les références narratives communes peuvent être reconnues par le public (Cf. R. Altman) ; ici le genre dont il est question est le polar. Noir & hard-boiled.  
Dans Cité brisée Batman y est un détective à la manière de ceux qui ont vu le jour dans le pulp magazine Black Mask, c'est-à-dire que contrairement au whodunit (principalement britannique) le détective n'est plus une machine qui utilise ses "petites cellules grise" mais un protagoniste dont les états d'âme se traduisent par des gestes.
Si on peut dire sans trop se tromper que dans le roman à énigme (whodunit) le cadavre est prétexte à produire un récit, dans le polar, le récit est prétexte à la production d'un cadavre. 
La mort y est très tôt exhibée.
Dans le polar, le détective est souvent contaminé par le monde auquel il se frotte, à tel point qu'il peut devenir, malgré lui, le vecteur du mal.
L'une des particularités du genre est sans nul doute l'utilisation de la voix narrative qui de très béhavioriste, "objective" (ou se voulant comme telle) chez Caroll John Daly dès 1922 deviendra petit à petit plus subjective, faisant du détective ou du protagoniste principal un homme seul.  
Celui-ci se débat dans un monde de noirceur et de violence, rempli par la peur, un monde qui prend souvent l'aspect de la ville. 
Ici Gotham.  
La ville en tant que berceau du crime et chaudron d'énergie négative, en tant qu'animal, que bête ; avec sa propre vie qui accueille dans ses tripes la quête du héros. 
La ville ! 
Shelley n'a-t-il pas comparé l'Enfer à une ville comme Londres ? Et William Blake stigmatisant les usines "sombres et sataniques" de la révolution industrielle ?
Dans le polar la ville est souvent montrée en opposition à l'univers rural qui conserve une connotation édénique. Voir à ce propos si on veut rester dans l'univers DC Comics, l'opposition entre Smallville et Metropolis, par exemple. La première ayant encore un lustre "jeffersonien", pastoral, un semblant de "terre promise". 
  
Le polar c'est aussi la pathologie de la culpabilité, les motifs d'ordre pulsionnel plutôt que rationnel, c'est en définitive comme l'a écrit Thomas Narcejac "[..] Ce qui est noir (dans le polar), [..], ce n'est pas, [...] sa violence, sa crudité ; ce n'est même pas le désespoir qu'il peut éveiller chez le lecteur facile à suggestionner, c'est quelque chose de plus foncier et de plus mystérieux que l'on pourrait définir en disant qu'il nous présente le monde comme un TRAQUENARD. [..]".

Et c'est ce que nous propose Brian Azzarello dans ce run.
Brillamment épaulé par Risso et Mulvihill.
Et plutôt que de disserter sur leur magnifique travail à tous les deux je vais vous présenter quelques planches extraite de la version SEMIC, traduction Ed Tourriol/MAKMA :

Deux planches où les auteurs font un clin d’œil à leur série phare






... À propos de Cité brisée (et de son passage sur Superman : For Tomorrow/Superman : Pour demain) Brian Azzarello disait "Les réactions ont été très fortes des deux côtés, ceux qui ont aimé ont adoré et ceux qui n'ont pas aimé ont vraiment détesté, mais ça me va bien ! Je n'ai pas besoin de faire l'unanimité .. Si tout le monde se met à aimer ce que je fais, c'est que quelque chose cloche dans mon écriture (rires)" (in Comic Box Noir - Hors-série extra #2).

Moi je fais partie de ceux qui ont aimé Cité brisée, et vous ? 

[-_ô]

Commentaires

  1. Je ne l'ai pas relu depuis des années mais j'avais adoré! Faut dire que c'est le deuxième arc de Batman que je découvrais et le ton noir du récit (et du dessin) m'a beaucoup marqué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent récits. Et ils ont récidivé pour les Wednesday comics. ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.