Accéder au contenu principal

ALL-NEW DEADPOOL n°3 (Panini)

Êtes-vous prêts à découvrir… Deadpool 2099 ? Et vous pourrez aussi lire l'épisode spécial 25 ans de Deadpool, avec une foule de guest stars ! Tout ça plus un nouvel épisode de Spider-Man/Deadpool ! Par Duggan, Koblish, Kelly, McGuinness et bien d'autres ! 
____________
Mensuel, 4,90 EUR, 96 pages (Contient les épisodes U.S. Deadpool (2016) #6 & #7 (I-III), Spider-Man/Deadpool #3) Le 2 août 2016
…. La logique de la culture de divertissement, avatar le plus reconnaissable du triomphe de l’industrie culturelle, semble donner raison à Eloy Fernandez Porta lorsqu’il « prophétisait » la féminisation des genres au travers, bien entendu, de ses artefacts les plus symboliques et les plus représentatifs; à savoir les héros desdits genres. 

Observateur idéalement placé, le scénariste Gerry Duggan, s’y résout grâce au personnage de Deadpool - devenu entre ses mains l’expression la plus achevée d’une métafiction (dispositif central de la culture dans laquelle nous baignons même parfois à notre corps défendant) qui non seulement dit ce qu’elle est, mais propose de surcroît un divertissement au premier degré de qualité et qui peut, paradoxalement, faire l’économie d’un lecture dite au « deuxième degré ». 
Ainsi chez Duggan, du moins tel que je le ressens en le lisant, l’usage du deuxième degré ne sert pas à requalifier des « objets » que leur seul premier degré rendrait inintéressant, mais à proposer au plaisir de la lecture, celui de l’analyse.
…. Le troisième numéro d’ALL-NEW DEADPOOL (Panini/août 2016) propose un sommaire des plus réussi, ce qui n’était pas couru d’avance tant la qualité semble une donnée intrinsèquement et indissolublement liée à ce personnage depuis que ce scénariste s’en occupe.

Si Deadpool 2099 sort ostensiblement son épingle du jeu, les histoires courtes dues à d’autres auteurs que Duggan (ce qui tendrait à me faire mentir) et qui se focalisent sur une partie des Pros à payer n’en restent pas moins divertissantes et très intéressantes. Elles n'ont pour ainsi dire, pas à pâlir, de l'épisode qui ouvre ce numéro.

Gerry Dunggan s’occupe en plus de 2099, du prologue (nous dit-ont) de la prochaine « saga » (rien de moins) du héros, dont l’ubiquité actuelle ferait passer celle de Wolverine pour un habile - mais bien fade - jeu de miroirs.

Décidément ce personnage, dont l’éditorial de Christian Grasse nous rappelle qu'il est apparu il y a 25 ans (déjà), grâce à Rob Leifeld & Joe Kelly*, n’en finit pas de me surprendre par la qualité des ses aventures. Cet anniversaire me remet en tête (un peu cruellement je dois bien l’avouer), que certaines des créations de Leifeld – dont je n’aurais pas parié un kopeck sur leur longévité – s’en seront tout de même bien sorties (sans lui).

Et que la plus mercantile des idées (mercantile car son exploitation à outrance rend par la force de ce qui les mue, son originalité caduque, et son intérêt très passager) peut devenir, sans échapper à une logique marchande (il ne faut pas exagérer non plus), quelque chose de brillant ; et que s’il n’y a pas de mauvais personnages, il n’y a pas plus de mauvaises idées mais toujours une façon de se les réapproprier de manière à ce qu’elles retrouvent un peu de leur innocence et de leur fraîcheur. 
Et par la force des choses (de nouveau mais pas la même) de leur intérêt. 

.... Il ne serait pas honnête de s'imaginer, comme pourrait le laisser penser la place que j'octroie aux scénaristes, que les dessinateurs et les coloristes qui ont travaillé sur ces histoires, n'apportent pas leur pierre à l'édification de la réussite de ce numéros. 
Bien au contraire, c'est là aussi un sans-faute ! 

Je n'ai pas encore lu le team-up Deadpool/Spider-Man, mais je ne doute pas qu'il est de qualité. 


Ce numéro ne serait pas totalement ce qu'il est sans la traduction de Jérémy Manesse et le lettrage de Laurence Hingray & Christophe Semal.


 (À suivre ...)
______________________
*(Je cite Kelly car il a donné la forme définitive (?) du personnage mais comme l'a précisé l'ami Zephon, c'est bien Fabian Nicieza le co-créateur du personnage)

Commentaires

  1. Certaines des créations de Leifeld s’en seront tout de même bien sorties (sans lui). - Excellent le sans lui. Pour ma part, je n'arrive pas à accrocher à Deadpool version Duggan (et Pohsen). J'attends le prochain commentaire sur le sujet pour éclairer ma lanterne. J'avais trouvé le démarrage de la précédente série très réussi, mais j'avais renoncé après une vingtaine d'épisodes. J'ai lu le premier tome post Secret Wars 2015, et ça ne m'a pas donné envie d'y revenir pour le deuxième.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas merci de tes passages, ça me fait plaisir d'avoir tes retours.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.