Accéder au contenu principal

Sans mobile apparent (Ed McBain/Philippe Labro)

…. Adaptation d’un roman d’Ed McBain, le romancier qui a fait d’un commissariat le personnage principal d’une série de romans, quelqu’un sans qui le paysage culturel occidental ne serait peut-être pas ce qu’il est (Pour en savoir +), sans rire, Sans mobile apparent (1971) a été réalisé par Philippe Labro. 
Labro, véritable couteau suisse du divertissement, tantôt journaliste, écrivain, parolier, prescripteur culturel ou encore programmateur d’une grande station de radio avant d’en prendre le vice-présidence, et j’en passe, s’adjoint ici la collaboration de Jacques Lanzmann, un homme forgé au même éclectisme que lui, pour écrire le scénario et les dialogues du film à partir du roman Dix plus un (Ten plus one). 

Sur un scénario que je trouve très astucieux – même si une fois le film terminé il paraît très simple, ce qui est souvent le cas avec les meilleurs idées – Philippe Labro tente dirait-on, une réalisation originale malheureusement un poil plombée par une direction d’acteurs qui suscite bien trop de distance avec son sujet.
Bien évidemment je ne peux que deviner, mais la présence d’un nombre conséquent (en regard de la totalité de la distribution) d’acteurs et d’actrices au jeu très « froid », voire très désincarné ; de certains décors dont on les voit pour ce qu’ils sont c’est-à-dire des décors, ou de scènes qui font plus penser à des photographies posées, tout cela me laisse penser que cette « minéralité » - et la photographie de Jean Penzer accentue encore cet aspect, que cette froideur donc a été voulue par Labro. 
Jusqu'au caractère de l’inspecteur Carella (Jean-Louis Trintignant) dont les silences et les « absences » renforcent cette impression d’assister à un film qui montre ce qu’il est : une mise en scène. 

Cela dit, compte tenu du scénario, il y a peut-être chez Philippe Labro l’idée de draper son film d’une forme qui rappelle l’un des aspects dudit scénario.
Labro au boulot
Reste qu’après avoir vu Sans mobile apparent j’ai appris que Philippe Labro, qui entretenait d’excellents rapports avec Jean-Pierre Melville, a été en contact avec lui durant toute la durée du tournage et que ce dernier lui aurait prodigué quelques conseils. 
Et en effet, on retrouve peu ou prou une atmosphère « melvillienne » si je puis dire dans ce long-métrage. 

…. Sans mobile apparent est un film que l’on peut néanmoins voir, nonobstant cette minéralité qui me semble jouer contre son camp, au moins pour l’étrangeté qui justement s’en dégage (et pour son scénario plutôt futé).

Commentaires

  1. Excellente analyse, assez fine, sur ce film pour le moins réussi.

    Un film de tension, avec un mystère qui se dévoile au fur et à mesure de l'intrigue, sur une assez bonne musique de Morricone, qui s'était d'ailleurs rendu sur le tournage...Mais, surtout, je retiens que la ville de Nice fut assez bien mise en valeur, de même que ses moeurs douteuses !

    Bravo pour ta plume, cher Artemus, que ce soit sur n'importe quel sujet mais également ceux relatifs à Alan Moore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tes compliments.
      Au plaisir de te relire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.