Accéder au contenu principal

Sans mobile apparent (Ed McBain/Philippe Labro)

…. Adaptation d’un roman d’Ed McBain, le romancier qui a fait d’un commissariat le personnage principal d’une série de romans, quelqu’un sans qui le paysage culturel occidental ne serait peut-être pas ce qu’il est (Pour en savoir +), sans rire, Sans mobile apparent (1971) a été réalisé par Philippe Labro. 
Labro, véritable couteau suisse du divertissement, tantôt journaliste, écrivain, parolier, prescripteur culturel ou encore programmateur d’une grande station de radio avant d’en prendre le vice-présidence, et j’en passe, s’adjoint ici la collaboration de Jacques Lanzmann, un homme forgé au même éclectisme que lui, pour écrire le scénario et les dialogues du film à partir du roman Dix plus un (Ten plus one). 

Sur un scénario que je trouve très astucieux – même si une fois le film terminé il paraît très simple, ce qui est souvent le cas avec les meilleurs idées – Philippe Labro tente dirait-on, une réalisation originale malheureusement un poil plombée par une direction d’acteurs qui suscite bien trop de distance avec son sujet.
Bien évidemment je ne peux que deviner, mais la présence d’un nombre conséquent (en regard de la totalité de la distribution) d’acteurs et d’actrices au jeu très « froid », voire très désincarné ; de certains décors dont on les voit pour ce qu’ils sont c’est-à-dire des décors, ou de scènes qui font plus penser à des photographies posées, tout cela me laisse penser que cette « minéralité » - et la photographie de Jean Penzer accentue encore cet aspect, que cette froideur donc a été voulue par Labro. 
Jusqu'au caractère de l’inspecteur Carella (Jean-Louis Trintignant) dont les silences et les « absences » renforcent cette impression d’assister à un film qui montre ce qu’il est : une mise en scène. 

Cela dit, compte tenu du scénario, il y a peut-être chez Philippe Labro l’idée de draper son film d’une forme qui rappelle l’un des aspects dudit scénario.
Labro au boulot
Reste qu’après avoir vu Sans mobile apparent j’ai appris que Philippe Labro, qui entretenait d’excellents rapports avec Jean-Pierre Melville, a été en contact avec lui durant toute la durée du tournage et que ce dernier lui aurait prodigué quelques conseils. 
Et en effet, on retrouve peu ou prou une atmosphère « melvillienne » si je puis dire dans ce long-métrage. 

…. Sans mobile apparent est un film que l’on peut néanmoins voir, nonobstant cette minéralité qui me semble jouer contre son camp, au moins pour l’étrangeté qui justement s’en dégage (et pour son scénario plutôt futé).

Commentaires

  1. Excellente analyse, assez fine, sur ce film pour le moins réussi.

    Un film de tension, avec un mystère qui se dévoile au fur et à mesure de l'intrigue, sur une assez bonne musique de Morricone, qui s'était d'ailleurs rendu sur le tournage...Mais, surtout, je retiens que la ville de Nice fut assez bien mise en valeur, de même que ses moeurs douteuses !

    Bravo pour ta plume, cher Artemus, que ce soit sur n'importe quel sujet mais également ceux relatifs à Alan Moore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tes compliments.
      Au plaisir de te relire.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…