Accéder au contenu principal

Un Espion sur Europe (Alastair Reynolds)

Pour qui aime la SF, Alastair Reynolds est un incontournable, la parfaite incarnation d’une science-fiction britannique ambitieuse renouvelant avec brio le genre usé du space opera – le Nouveau Space Opera. 
L’œuvre de notre auteur se divise en deux : les textes appartenant au« cycle des Inhibiteurs » – •L’Espace de la révélation
La Cité du gouffre
L’Arche de la rédemption 
Le Gouffre de l’absolution
auxquels il faut rajouter Diamond Dogs, Turquoise Days, petit volume de deux novellas, et Galactic North, recueil rassemblant le reste des nouvelles ayant trait au cycle, dont le présent texte – et les textes n’y appartenant pas. 
Dans le lot : Janus, La Pluie du siècle

Plus récemment, Reynolds a conclu sa trilogie des « Enfants de Poséidon », dont le premier tome, La Terre bleue de nos souvenirs, est paru chez Bragelonne

En mai sortira outre-Manche sa collaboration avec Stephen Baxter, The Medusa Chronicle, faisant suite à Rendez-vous avec Méduse d’Arthur C. Clarke
« A Spy in Europa » © Alastair Reynolds 1997. Parution originale dans Interzone, juin 1997. Nouvelle traduite de l’anglais par Sylvie Denis et reproduite avec l’accord de l’auteur. 

Déjà publié dans Bifrost


« Galactic North », in Bifrost 43 

« Un espion sur Europe », in Bifrost 46 
« Live at Budokan », in Bifrost 69 
.... La présentation ci-dessus, extraite de l'excellent recueil de nouvelles proposé en téléchargement gratuit lors des 20 ans de la revue Bifrost (Pour en savoir +) accompagne donc la nouvelle Un Espion sur Europe qui, à l'instar des autres histoires d'Alastair Reynolds que j'ai lues, est d'une implacable efficacité et procure un chouette moment d'évasion (et une bonne dose d'horreur et de malaise).

Lire Reynolds, et je suis plongé en ce moment dans La Cité du gouffre c'est comme de jouer au football en salle avec un ballon de rugby ; c'est tout aussi déroutant et jubilatoire.  

Un petit extrait d'Un Espion sur Europe :
[...]
.... Des iridophores contenues dans sa veste prune projetaient des fonctions booléennes tirées de L’Éthique pour les machines à l’époque de la Transillumination, de Sirikit.
.... « C’est même la première fois que je mets les pieds sur Europe. Ou dans la zone jovienne, pour tout vous dire.
.... – Et vous venez d’où ?
.... – De Mars. »
.... Le barbu hocha la tête avec gravité.
.... « Il paraît que c’est dur, là-bas.
.... – Sans rire. »
.... Il n’y avait pas de quoi. Tout l’équilibre politique du Premier Système avait changé depuis que le soleil produisait moins de chaleur à cause du second minimum de Maunder, ce qui s’était déjà produit au XVIIe siècle. L’économie des mondes intérieurs avait eu du mal à s’adapter, l’agriculture et la production d’énergie en avaient pris un coup, et les troubles sociaux concomitants étaient apparus. Mais les planètes extérieures n’avaient jamais connu le luxe de l’énergie solaire. À présent, la zone jovienne servait de référence à la puissance économique du Premier Système, et le secteur de Saturne lui collait à la roue. Les deux superpuisssances du secteur jovien – la Démarchie, qui contrôlait Europe et Io, et Gilgamesh Isis, qui contrôlait Ganymède et une partie de Callisto – luttaient pour la domination de la région.
.... Le barbu sourit aimablement.
.... « Vous êtes ici pour une raison particulière ?
.... – Une opération », dit Vargovic, qui espérait pouvoir écourter cette conversation dès que possible. « De la chirurgie anatomique de pointe. »
[..]
(À suivre ...)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…