Accéder au contenu principal

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K. Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout aussi réussis que ce dernier (sic).  

       Sans parler de ses éminents prédécesseurs, qui eux sont, plus ou moins explicitement cités dans son roman, un dossier logé au sein de ordinateur d'un des personnages se nomme par exemple « Kindread », désigner Maurice G. Dantec, n'avait rien d'évident. Hormis l'impression que je retirais moi-même dès le début de ma lecture, associer un romancier connu, à un autre qui l'est moins, peut ne pas être du goût de ce dernier. Fort heureusement dans un entretien, Sébastien Raiser cite nommément Dantec, et Les racines du mal comme un détonateur de sa propre capacité à écrire ce qu'il avait en tête. Sorte d'oyabun des Lettres, le montréalais lui a donc montré la Voie.   

Me voilà doublement rassuré, car le résultat est sacrément bon. Et à la hauteur de la secousse sismique littéraire qu'a pu représenter (au moins pour moi) Dantec au moment de la sortie de Les racines du mal dans le lanterneau du polar hexagonal. 

••• L'Alignement des équinoxes est donc une franche réussite, un polar qui tente de pénétrer la zone grise de l'Imaginaire, un sfumato idiosyncratique qui communique pourtant avec énormément de puissance la folie métaphysique qui l'habite. Mais n'allez pas croire que vous y lirez quelques abstractions fumeuses et incompréhensibles. S'il y a, par la force de l'antagoniste autour duquel gravite l'intrigue, quelques concepts bien perchés, Wolf et Silver, les deux flics du 36 en charge de l'enquête, ainsi que « Gang paradoxal » dont ils intégreront les rangs, savent nous faire entendre le bruit d'un arcade qui éclate, et sentir le parfum de la cordite au détour d'une sombre ruelle parisienne.            

Énergique, brutale, et méchamment philosophique (quand même), L'Alignement des équinoxes est une lecture hautement recommandée. De celles qui décillent.
___________
Hasard karmique, j'ai ensuit enchaîné, en attendant de lire Sagittarius, avec le Gambit du renard, un roman de SF (?), de Yoon Ha Lee, justement traduit par Sébastien Raizer pour la collection « Lunes d'encre » de Denoël. 

Commentaires

  1. Si Maurice Dantec n'a pas publié récemment, c'est sans doute parce qu'il est mort il y a près de deux ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Outre qu'un auteur ne meurt pas tant qu'il vit au travers de l’intérêt que lui portent les lecteurs (la preuve) ; il s'agissait bien entendu d'un trait d'humour, noir - qui tentait de rester dans l'esprit du roman de Sébastien Raizer (et dans le style de Maurice G. Dantec).

      Mais merci de ton passage, et surtout de ton intérêt.

      Cordialement !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…