Accéder au contenu principal

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K. Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout aussi réussis que ce dernier (sic).  

       Sans parler de ses éminents prédécesseurs, qui eux sont, plus ou moins explicitement cités dans son roman, un dossier logé au sein de ordinateur d'un des personnages se nomme par exemple « Kindread », désigner Maurice G. Dantec, n'avait rien d'évident. Hormis l'impression que je retirais moi-même dès le début de ma lecture, associer un romancier connu, à un autre qui l'est moins, peut ne pas être du goût de ce dernier. Fort heureusement dans un entretien, Sébastien Raiser cite nommément Dantec, et Les racines du mal comme un détonateur de sa propre capacité à écrire ce qu'il avait en tête. Sorte d'oyabun des Lettres, le montréalais lui a donc montré la Voie.   

Me voilà doublement rassuré, car le résultat est sacrément bon. Et à la hauteur de la secousse sismique littéraire qu'a pu représenter (au moins pour moi) Dantec au moment de la sortie de Les racines du mal dans le lanterneau du polar hexagonal. 

••• L'Alignement des équinoxes est donc une franche réussite, un polar qui tente de pénétrer la zone grise de l'Imaginaire, un sfumato idiosyncratique qui communique pourtant avec énormément de puissance la folie métaphysique qui l'habite. Mais n'allez pas croire que vous y lirez quelques abstractions fumeuses et incompréhensibles. S'il y a, par la force de l'antagoniste autour duquel gravite l'intrigue, quelques concepts bien perchés, Wolf et Silver, les deux flics du 36 en charge de l'enquête, ainsi que « Gang paradoxal » dont ils intégreront les rangs, savent nous faire entendre le bruit d'un arcade qui éclate, et sentir le parfum de la cordite au détour d'une sombre ruelle parisienne.            

Énergique, brutale, et méchamment philosophique (quand même), L'Alignement des équinoxes est une lecture hautement recommandée. De celles qui décillent.
___________
Hasard karmique, j'ai ensuit enchaîné, en attendant de lire Sagittarius, avec le Gambit du renard, un roman de SF (?), de Yoon Ha Lee, justement traduit par Sébastien Raizer pour la collection « Lunes d'encre » de Denoël. 

Commentaires

  1. Si Maurice Dantec n'a pas publié récemment, c'est sans doute parce qu'il est mort il y a près de deux ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Outre qu'un auteur ne meurt pas tant qu'il vit au travers de l’intérêt que lui portent les lecteurs (la preuve) ; il s'agissait bien entendu d'un trait d'humour, noir - qui tentait de rester dans l'esprit du roman de Sébastien Raizer (et dans le style de Maurice G. Dantec).

      Mais merci de ton passage, et surtout de ton intérêt.

      Cordialement !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…