Accéder au contenu principal

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K. Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout aussi réussis que ce dernier (sic).  

       Sans parler de ses éminents prédécesseurs, qui eux sont, plus ou moins explicitement cités dans son roman, un dossier logé au sein de ordinateur d'un des personnages se nomme par exemple « Kindread », désigner Maurice G. Dantec, n'avait rien d'évident. Hormis l'impression que je retirais moi-même dès le début de ma lecture, associer un romancier connu, à un autre qui l'est moins, peut ne pas être du goût de ce dernier. Fort heureusement dans un entretien, Sébastien Raiser cite nommément Dantec, et Les racines du mal comme un détonateur de sa propre capacité à écrire ce qu'il avait en tête. Sorte d'oyabun des Lettres, le montréalais lui a donc montré la Voie.   

Me voilà doublement rassuré, car le résultat est sacrément bon. Et à la hauteur de la secousse sismique littéraire qu'a pu représenter (au moins pour moi) Dantec au moment de la sortie de Les racines du mal dans le lanterneau du polar hexagonal. 

••• L'Alignement des équinoxes est donc une franche réussite, un polar qui tente de pénétrer la zone grise de l'Imaginaire, un sfumato idiosyncratique qui communique pourtant avec énormément de puissance la folie métaphysique qui l'habite. Mais n'allez pas croire que vous y lirez quelques abstractions fumeuses et incompréhensibles. S'il y a, par la force de l'antagoniste autour duquel gravite l'intrigue, quelques concepts bien perchés, Wolf et Silver, les deux flics du 36 en charge de l'enquête, ainsi que « Gang paradoxal » dont ils intégreront les rangs, savent nous faire entendre le bruit d'un arcade qui éclate, et sentir le parfum de la cordite au détour d'une sombre ruelle parisienne.            

Énergique, brutale, et méchamment philosophique (quand même), L'Alignement des équinoxes est une lecture hautement recommandée. De celles qui décillent.
___________
Hasard karmique, j'ai ensuit enchaîné, en attendant de lire Sagittarius, avec le Gambit du renard, un roman de SF (?), de Yoon Ha Lee, justement traduit par Sébastien Raizer pour la collection « Lunes d'encre » de Denoël. 

Commentaires

  1. Si Maurice Dantec n'a pas publié récemment, c'est sans doute parce qu'il est mort il y a près de deux ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Outre qu'un auteur ne meurt pas tant qu'il vit au travers de l’intérêt que lui portent les lecteurs (la preuve) ; il s'agissait bien entendu d'un trait d'humour, noir - qui tentait de rester dans l'esprit du roman de Sébastien Raizer (et dans le style de Maurice G. Dantec).

      Mais merci de ton passage, et surtout de ton intérêt.

      Cordialement !

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de F ershid B harucha. Cette illustration est, nous dit B rian B olland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien T anino L iberatore en a tiré une version peinte (...). » Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke , alors pré-publié sous le titre de  Souriez , J ean- P aul J ennequin livre un article de  deux pages : C'est tout pour aujourd'hui !  (Tous mes remerciements à Albert .)

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'