Accéder au contenu principal

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K. Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout aussi réussis que ce dernier (sic).  

       Sans parler de ses éminents prédécesseurs, qui eux sont, plus ou moins explicitement cités dans son roman, un dossier logé au sein de ordinateur d'un des personnages se nomme par exemple « Kindread », désigner Maurice G. Dantec, n'avait rien d'évident. Hormis l'impression que je retirais moi-même dès le début de ma lecture, associer un romancier connu, à un autre qui l'est moins, peut ne pas être du goût de ce dernier. Fort heureusement dans un entretien, Sébastien Raiser cite nommément Dantec, et Les racines du mal comme un détonateur de sa propre capacité à écrire ce qu'il avait en tête. Sorte d'oyabun des Lettres, le montréalais lui a donc montré la Voie.   

Me voilà doublement rassuré, car le résultat est sacrément bon. Et à la hauteur de la secousse sismique littéraire qu'a pu représenter (au moins pour moi) Dantec au moment de la sortie de Les racines du mal dans le lanterneau du polar hexagonal. 

••• L'Alignement des équinoxes est donc une franche réussite, un polar qui tente de pénétrer la zone grise de l'Imaginaire, un sfumato idiosyncratique qui communique pourtant avec énormément de puissance la folie métaphysique qui l'habite. Mais n'allez pas croire que vous y lirez quelques abstractions fumeuses et incompréhensibles. S'il y a, par la force de l'antagoniste autour duquel gravite l'intrigue, quelques concepts bien perchés, Wolf et Silver, les deux flics du 36 en charge de l'enquête, ainsi que « Gang paradoxal » dont ils intégreront les rangs, savent nous faire entendre le bruit d'un arcade qui éclate, et sentir le parfum de la cordite au détour d'une sombre ruelle parisienne.            

Énergique, brutale, et méchamment philosophique (quand même), L'Alignement des équinoxes est une lecture hautement recommandée. De celles qui décillent.
___________
Hasard karmique, j'ai ensuit enchaîné, en attendant de lire Sagittarius, avec le Gambit du renard, un roman de SF (?), de Yoon Ha Lee, justement traduit par Sébastien Raizer pour la collection « Lunes d'encre » de Denoël. 

Commentaires

  1. Si Maurice Dantec n'a pas publié récemment, c'est sans doute parce qu'il est mort il y a près de deux ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Outre qu'un auteur ne meurt pas tant qu'il vit au travers de l’intérêt que lui portent les lecteurs (la preuve) ; il s'agissait bien entendu d'un trait d'humour, noir - qui tentait de rester dans l'esprit du roman de Sébastien Raizer (et dans le style de Maurice G. Dantec).

      Mais merci de ton passage, et surtout de ton intérêt.

      Cordialement !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…