Accéder au contenu principal

The Hurricane Heist [Maggie Grace/Toby Kebbell] Rob Cohen

« The Hurricane Heist », tout est dans le titre. Ou presque.

Gommant l’élément de surprise dès l'affiche, le film de Rob Cohen ne s’embarrasse pas plus d'un suspense à la Hitchcock, mais mise clairement sur l'enchaînement du spectaculaire. de l'effet pour lui-même.
Du moins était-ce mon état d'esprit en commençant de regarder ce braquage, dont un ouragan allait être aurait dû être la couverture idéale. 
Cependant, rapidement, The Hurricane Heist, sans pour autant se débarrasser de sa dimension spectaculaire, allait devenir bien plus qu'un énième film catastrophe. Ou qu'un film de casse supplémentaire.

       En effet, en inversant la polarité homme/femme, et pas seulement de manière superficielle, Rob Cohen transforme son blockbuster en manifeste.

Shocking!
Film androgène par excellence, The Hurricane Heist ménage pourtant le rôle principal de l'histoire à Maggie Grace, et donne à Toby Kebbell un rôle qu'on aurait plus volontiers vu incarner par cette dernière. L'actrice s'empare avec beaucoup de grâce (sic) et d’énergie de la personnalité de Casey Corbyn, un agent de l'ATF en charge de conduire une cargaison de billets usagés, vers un complexe fédéral où il sera passé à la broyeuse.
Toby Kebbell est, quant à lui, un jeune météorologue, qui deviendra son partenaire dans une situation où la loi de L'Emmerdement maximum™ est reine.  
Alors même que tout est en place pour que finalement Casey Corbin passe la main à la tripotée de militaires ou d'ex-militaires présents sur le terrain, elle garde néanmoins, jusqu'au bout, et de manière symbolique, jusqu'au dernier mot, son rôle de leader

C'est sûrement en cela que se démarque The Hurricane Heist, en montrant dans un film grand public, financé pour engranger les entrées et des dollars, qu'on peut confier le rôle principal d'un film d'action, à une actrice, sans en faire une « hommasse » pour autant. 
Et surtout de façon crédible. Du moins vu le contexte.
••• Ainsi, tout en restant dans le registre du pur divertissement, ce qu'il est absolument, sans tambour ni trompette, The Hurricane Heist peut être vu comme un plaidoyer féministe. Dont la probable innocuité fait néanmoins sa force.

En passant sous le radar de la revendication, il installe une situation inhabituelle dans l'imaginaire collectif, en douceur. Une manière astucieuse de changer notre rapport au monde en quelque sorte.           

Un film décapant, à tous les niveaux.

Commentaires

  1. J'adore ta conclusion. Dans les œuvres à messages, l'utilisation du forceps casse toute envie d'y adhérer, alors que le naturel est bien plus naturel. Donc je regarderai avec plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après avoir vu ce film et écrit ma critique, j'ai jeté un coup d’œil sur ce qu'on en disait ailleurs.
      Et honnêtement, il a plutôt été étrillé. Et personne n'a relevé cette approche féministe dont je parle.

      Tout ça pour dire que ce n'est pas gagné de te voir partager mon enthousiasme, pas plus que ma lecture.
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …