Accéder au contenu principal

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier « l’enfermement, l’anonymat des bourreaux et la déshumanisation des victimes provoquent immanquablement la violence » .

Dans un entretien avec la romancière, que la revue Angle Mort propose également à son sommaire [Pour en savoir +], j'en extrait la partie qui nous intéresse, toujours traduite par Luc Kenoufi :

••• Angle Mort : Dans la nouvelle Porté disparu, vous décrivez un environnement très sombre et oppressant dans lequel un extraterrestre est soumis à d’affreuses tortures. La référence aux atrocités de la guerre commises notamment à Abou Ghraib semble évidente. Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire une histoire aussi viscérale ?

••• Lauren Beukes : J’ai toujours été fascinée par la banalité du mal ; des hommes et des femmes ordinaires contraints de commettre des atrocités parce que quelqu’un leur en a donné l’ordre ou parce qu’ils se sont retrouvés dans une situation où il est facile de déraper. Porté disparu est inspirée par le rapport détaillé de Philip Zimbardo qui traite de ce qu’il s’est passé à Abou Ghraib et le fait que tout cela n’est pas le résultat de quelques pommes pourries dans le tas, mais bien d’une culture et d’un contexte qui ont ouvert la porte à des agissements horribles non réprimandés, à une minimisation des responsabilités individuelles et à une violence et une torture institutionnalisées qui sont facilement devenues la norme.

Et en effet, Philip Zimbardo a, d'une certaine manière, « blanchit » les soldats responsables des exactions commises à la prison d'Abou Ghraib de Bagdad, en expliquant, comme son expérience d'août 1971 l'avait prouvée (et sur laquelle est bâtit sa renommée), que c'est la situation qui a rendu possible de tels actes. Lauren Beukes ne dit pas autre chose lorsqu'elle déclare : « le fait que tout cela n’est pas le résultat de quelques pommes pourries dans le tas, mais bien d’une culture et d’un contexte ». 

Sauf que l'expérience dite de Standford est, si on en croit Thibaut Le Texier [Pour en savoir +], une escroquerie scientifique. Mais il faut croire, alors que des voix et non des moindres s'étaient, déjà à l'époque élevées pour le dire, et que toutes les preuves mise au jour par Le Texier, qui démontre ce mensonge, étaient tout à fait accessibles, cette expérience est devenu un lieu commun incontournable dès qu'il s'agit d'expliquer certains comportements humains !?  

       Reste que la nouvelle Porté disparu, dans laquelle apparaissent des extraterrestres appelés « ittaca », anagramme transparente d'Ittaca, prison de l'État de New York, célèbre pour sa mutinerie de septembre 1971, qui n'est d'ailleurs pas pour rien dans la renommée de l'expérience de Zimbardo, est une belle réussite.   

Prévoyant probablement que ses lecteurs auraient (sûrement) en tête les violations des droits des prisonniers irakiens ; Lauren Beukes suggère, plutôt qu'elle ne décrit, les sévices que subissent les ittacas. Et c'est déjà bien éprouvant.
Le résultat est encore plus dérangeant lorsqu'on sait, toutes choses égales par ailleurs, que l’hypothèse sur laquelle repose la nouvelle en question, est le produit d'un mensonge.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …