Accéder au contenu principal

Le Nom de la rose [Marjorie Liu / Daniel Acuña]

Techniquement, le récit épisodique intitulé « Le Nom de la rose », de Marjorie Liu et Daniel Acuña, est un scénario hitchcockien. En effet la scénariste utilise ce qu'on appelle communément un « McGuffin© ». Autrement dit ,un prétexte qui se révélera moins important que ce qu'il dévoilera.
Portée par son personnage principal, les cinq numéros qui constituent ce recueil (traduit par Sophie Watine-Vievard), n'en négligent pas pour autant les envolées dynamiques conflictuelles, qui cimentent le genre. Natasha Romanov alias la Veuve Noire, déploiera toute la théâtralité de la violence dont elle est capable, pour arriver à ses fins. Tout en étant très dynamique, l'histoire de Marjorie Liu, qui plonge ses origines dans le monde romanesque de l'espionnage de la Guerre froide™, plutôt que dans l'univers des super-héros, s'attache plus à ce qui fait de son héroïne ce qu'elle est. Plutôt qu'à enchaîner les péripéties sans autre but qu'à fournir divertissement sans âme supplémentaire. 
Des péripéties qui pourtant ne manquent pas.

Daniel Acuña, dont le style ne manque lui, ni de dynamisme ni d'originalité, il est l'un des rares à savoir rendre fluides et vivides des planches dont les cases semblent peintes, est aussi à l'aise dans les scènes dialoguées que dans les moments les plus explosifs. Expressivité des visages, science du cadrage, même la couleur sert la mise en récit. 
Et tout ce talent est mis au service d'une histoire qui peut se lire sans être un aficionado de la Maison des Idées™. Les personnages secondaires (Wolverine, Iron Man, le Soldat de l'Hiver, etc.) sont suffisamment connus pour que la scénariste n'entre pas dans les détails. Et leur rôle respectif suffisamment étique, pour se passer d'un encombrant background.  D'autre part, cette histoire ne concerne finalement que Natasha Romanov. Et son passé.
 
       En conclusion, cette histoire plutôt intime et pétrie de symboles, réserve néanmoins plus de rebondissements qu'une balle de tennis sur le court de Flushing Meadows. Marjorie Liu y décrit l'un des plus beaux portraits d'héroïne qu'il m'a été donné de lire. Que Daniel Acuña immortalise avec un talent que j'aimerais revoir plus souvent dans une série mainsream.

Taux de réussite au test de Bechdel™ : 100 %             

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…