Accéder au contenu principal

Le Nom de la rose [Marjorie Liu / Daniel Acuña]

Techniquement, le récit épisodique intitulé « Le Nom de la rose », de Marjorie Liu et Daniel Acuña, est un scénario hitchcockien. En effet la scénariste utilise ce qu'on appelle communément un « McGuffin© ». Autrement dit ,un prétexte qui se révélera moins important que ce qu'il dévoilera.
Portée par son personnage principal, les cinq numéros qui constituent ce recueil (traduit par Sophie Watine-Vievard), n'en négligent pas pour autant les envolées dynamiques conflictuelles, qui cimentent le genre. Natasha Romanov alias la Veuve Noire, déploiera toute la théâtralité de la violence dont elle est capable, pour arriver à ses fins. Tout en étant très dynamique, l'histoire de Marjorie Liu, qui plonge ses origines dans le monde romanesque de l'espionnage de la Guerre froide™, plutôt que dans l'univers des super-héros, s'attache plus à ce qui fait de son héroïne ce qu'elle est. Plutôt qu'à enchaîner les péripéties sans autre but qu'à fournir divertissement sans âme supplémentaire. 
Des péripéties qui pourtant ne manquent pas.

Daniel Acuña, dont le style ne manque lui, ni de dynamisme ni d'originalité, il est l'un des rares à savoir rendre fluides et vivides des planches dont les cases semblent peintes, est aussi à l'aise dans les scènes dialoguées que dans les moments les plus explosifs. Expressivité des visages, science du cadrage, même la couleur sert la mise en récit. 
Et tout ce talent est mis au service d'une histoire qui peut se lire sans être un aficionado de la Maison des Idées™. Les personnages secondaires (Wolverine, Iron Man, le Soldat de l'Hiver, etc.) sont suffisamment connus pour que la scénariste n'entre pas dans les détails. Et leur rôle respectif suffisamment étique, pour se passer d'un encombrant background.  D'autre part, cette histoire ne concerne finalement que Natasha Romanov. Et son passé.
 
       En conclusion, cette histoire plutôt intime et pétrie de symboles, réserve néanmoins plus de rebondissements qu'une balle de tennis sur le court de Flushing Meadows. Marjorie Liu y décrit l'un des plus beaux portraits d'héroïne qu'il m'a été donné de lire. Que Daniel Acuña immortalise avec un talent que j'aimerais revoir plus souvent dans une série mainsream.

Taux de réussite au test de Bechdel™ : 100 %             

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …