Accéder au contenu principal

The Authority : Coup d'Etat / Fractured World

Pour cette seconde partie de ma critique du run du scénariste Robbie Morrison sur la série The Authority, j'ai décidé d'en faire l'édition. Dans le sens de trier le meilleur, en désignant ce qui m'aura semblé moins bon. Ou franchement mauvais.
Cette dernière catégorie est essentiellement représentée par le dernier numéro qu'écrira Morrison, et qui est intitulé « Street Life ».
Le scénario n'est pas plus mauvais qu'un autre, mais il n'a clairement pas sa place à cet endroit. Il est en outre dessiné par Whilce Portacio, un dessinateur qui même dans ses bons jours, est très loin de correspondre à ce j'aime dans la BD. En termes de cohérence avec tout ce qui a précédé, ce quatorzième numéro n'apporte rien de neuf. À éviter si on n'est pas un complétiste acharné. 
       Faisant suite directement aux numéros précédents [Pour en savoir +], mais en marge tout de même, le crossover  « Coup d'Etat » convoque pour quatre numéros, les séries Sleeper, Stormwatch Team Achilles [Pour en savoir +], Wildcats v3.0 et bien sûr The Authority

Si tout est dans le titre, ce « Coup d'Etat » a les yeux bien plus gros que le ventre. Ainsi ménage-t-il un incident, qui aurait nécessité un traitement tout aussi important que la prise du pouvoir étatique d'une équipe de super-héros. Voire accaparer la totalité de l'intrigue.
Le coup d'état ne serait intervenu qu'à la toute fins des 4 numéros. 
Seulement voilà, l'annonce est bien trop précoce. Et surtout, quatre numéros c'est à la fois pas assez, et trop, pour le résultat qu'on lira. 
Je m'explique !

Ce n'est pas assez dans la mesure où vu l'ampleur de ce qui se déroule il n'aurait fallu rien de moins qu'un « event » à la « Standoff » [Pour en savoir +]. Quelque chose d'étalé sur au moins une douzaine de numéros avec -réellement- plusieurs séries d'impactées.     
Ou alors il aurait fallu resserrer l'intrigue, et se passer d'un crossover qui n'en est finalement pas vraiment un.
D'autant que vu ce qui avait été mis en place, ce à quoi s'intéressent en définitive les quatre numéros en question, en est la portion vraiment congrue.
       Les dessinateurs sur la brèche n'apportent malheureusement aucune plus-value à l'entreprise. Whilce Portacio (encore !!) ne fait décidément aucun effort sur le numéro de The Authority (voir infra) qu'il dessine. Jim Lee qui pour le coup s'encre lui-même, est bien meilleur que son confrère mais Ed Brubaker, qui scénarise ce numéro de Sleeper fait à peine le minimum syndical. Il n'est pas le seul, puisque TAO, le personnage inventé par Alan Moore, qui prend pourtant une part très active dans ce qui s'y passe, et simplement et proprement oublié en chemin. Dommage !
D'ailleurs tout le monde a l'air de faire de la figuration dans ce crossover. Et je veux bien croire que quiconque lisait l'une des trois autres séries à ce moment-là, a dû se faire la même réflexion.
Joe Casey et AGarza font le job ; je ne suis pas fan de ce que fait ce dessinateur, mais au moins a-t-il le mérite de ne pas torcher son affaire. C'est du moins l'impression qui me reste.
Idem pour pour Carlos d'Anda sur Stormwatch Team Achilles, ce n'est pas mirobolant, mais vu la prestation de Portacio, tout les autres gagne quelques points de talent.
 
       Au final, « Coup d'Etat » est un rendez-vous manqué. Un ratage que j'imputerais plus volontiers à l'éditorial qu'aux auteurs proprement dit. Sauf dans le cas de Portacio, qui n'a jamais été aussi mauvais (à mes yeux). Un cameo des personnages principaux des autres séries dans The Authority, aurait été largement suffisant, vu le résultat.
Si vous pensez à Akira, moi aussi [-_ô]
On peut donc faire l'économie de ce crossover, d'autant que le 10ème numéro de la série régulière, récapitule, brièvement, l'essentiel de ce qui en reste.   
Mais le meilleur est à venir.
 
En effet, Robbie Morrison, qui sait sûrement que c'est son chant du cygne sur la série, va bricoler un arc magnifique. À condition de considérer le coup d'état en question, pour ce qu'il est, une diversion.  
Toujours est-il que ce qui pouvait apparaitre pour l'acmé du run, et qui en terme d'idée est assez monstrueux, n'est rien comparé à ce qui va se raconter quatre numéros durant.  

Une case en particulier avait éveillé mon attention, mais le cliffhanger du onzième numéro est tout à fait le genre de retournement de situation qui me fait aimer ce type d'histoire. C'est gros, c'est diabolique, c'est incroyable, mais sur moi ça marche du tonnerre. Rien que pour « Fractured World », The Authority volume 2, vaut qu'on le lise. 

D'autant que Morrison va repousser ce qu'il est possible d'attendre, et aller jusqu'au bout de ce qui est admis pour une série mainstream, même réservée à des lecteurs avertis. 

       Pour une lecture optimale du run, on peut donc y retrancher le crossover dont il est question ici, et le quatorzième numéro sans trop d'état d'âme ; y ajouter « Scorched Earth » en termes d'histoire « bigger than life  » et d'incipit réussi, et se laisser prendre au jeu d'un blockbuster dont la seule ambition est visiblement de nous divertir.

Mission réussie !    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…