Accéder au contenu principal

Avengers : STANDOFF (collectif) Marvel

Pour fêter correctement les 75 ans de Captain America, l'éditeur Marvel Comics proposera, en début d'année 2016, le crossover Avengers: Standoff!.
Il s'intéressera plus particulièrement aux trois derniers porteurs du costume à la bannière étoilée: Steve Roger bien sûr, l'ancien acolyte Bucky Barnes et l'actuel Captain America : Sam Wilson.


AVEC DE VRAIS MORCEAUX DE SPOILERS 

Avengers Standoff - Welcome to Pleasant Hill #01
Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01

.... Après avoir lu les 2 numéros ci-dessus, je suis comme une majorité de ceux qui on fait part de leurs impressions (du moins celles que j'ai lues), plutôt content de ma lecture.
À part les deux fausses pistes un peu grossières dans le Welcome to Pleasant Hill #01 le début du crossover est très agréable à lire, et le cliffhanger m'a totalement surpris.

Reste néanmoins un événement, sur lequel d'ailleurs repose une partie importante de l'intrigue, qui m'apparaît un peu trop providentiel.
Ainsi, tout simplement parce que l'un des personnages aime « bricoler », le scénario lui fabrique une crise de somnambulisme bien opportune qui lui permet d'échapper à l'emprise de Pleasant Hill, et surtout de lancer le crossover

Alors je vois deux possibilités : 
- soit on en reste là, et ça me paraît bien faible comme ressort dramatique 
- soit ce personnage a agi sous l'emprise de "qui-vous-savez" et c'est tout aussi faiblard.
Un autre point plus général a trait à l'utilisation - grâce à un artefact plus ou moins magique - de réalités reconfigurées. 

Même si ce type d'arrangement est dû en grande partie au mode de publication de la bande dessinée aux Etats-Unis - autrement dit une production en flux tendu depuis le début des années 1960  (pour Marvel) sans interruption - je trouve que ça affaiblit l'histoire, voire que ça affaiblit l'univers de l'éditeur dans son entier. 
S'il suffit d'avoir sous la main ce genre de deus ex machina tout devient possible ; et les conséquences deviennent finalement sans importance. 

Alors je comprends bien que pour donner l'impression de bousculer le statu quo inhérent à ce type d'univers (séries interminables, "copyright", franchises multimédias, etc.) les solutions ne sont pas légion, mais j'attends justement d'un scénariste professionnel qu'il fasse mieux que ce que peut imaginer n'importe quel amateur. 
Nick Spencer n'est ni avare en cliffhanger ni en suprises
Mais néanmoins, le gros point fort de ces deux numéros, c'est qu'ils intègrent dans le déroulement du crossover, de manière que j'ai trouvé très harmonieuse, des résumés d’événements antérieurs ou peut-être adjacents, qui m'ont donné l'impression de pouvoir suivre la totalité de l'histoire sans sensation d'avoir manqué un épisode.
C'est d'autant plus agréable que ce n'est pas si fréquent que ça.

En sus, Nick Spencer n'oublie pas de rythmer son récit de belles surprises, ce qui fait que malgré les points "négatifs" que j'ai relevés, je me suis bien amusé pour l'instant.


____________

Scénario : 8/10 
Dessin : 10/10 
Facteur de coolitude : 6/10 
Appréciation globale : Chassez le naturel, il revient au galop

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er