Accéder au contenu principal

Endeavour (S04-E01)

…. Fruit de l’imagination d’un enseignant de grec et de latin britannique, l’inspecteur Morse d’œuvre littéraire, est passée avec beaucoup de succès au format télévisé. 
À tel point que la petite lucarne a donné naissance à deux autres séries (ou spin-off): 
Inspecteur Lewis, qui suit les enquêtes de son fidèle adjoint devenu lui-même inspecteur : 9 saisons au compteur et un rôle tenu par Kevin Whately durant 30 ans. 
Les enquêtes de Morse, où ce sont les premières années de Morse en tant que simple agent de police à Oxford, qui sont relatées (une sorte de prequel). 
La quatrième saison est en cours de diffusion. 
Ces deux séries sont totalement inédites par rapport au travail de Colin Dexter, tout en étant d’aussi grande qualité que peuvent l’être ses romans (du moins ceux que j’ai lus), et les 33 épisodes de la « série-mère ».

Les Enquêtes de Morse (Endeavour) 

…. Série légèrement feuilletonnante de 4 épisodes par saison (+ un pilot), Endeavour (le prénom jamais prononcé – ou presque - de Morse) se déroule à Oxford et ses environs, au milieu des années 1960. 
Chaque épisode reprend, peu ou prou, un schéma actanciel identique, dont la grande force est de ne justement jamais donner l’impression d’histoires ronéotypées. 
Le milieu dans lequel se déroule chaque enquête est différent, et soigneusement reconstitué. Du moins me donne-t-il le change. 
Le modus operandi et les criminels sont également soignés, et tout aussi divers que les faits auxquels ils sont associés. 

La série bénéficie en outre d’une distribution haut de gamme. 
Les personnages sont très incarnés et un soin méticuleux a été apporté à leurs relations et à leurs interactions, qui s’insèrent avec une réelle pertinence dans une intrigue sinon feuilletonnante qui du moins englobe les différentes saisons.
Rien n’est laissé au hasard, ni les décors ni les ambiances.
Certains épisodes flirtent avec le fantastique, d’autres plus intimistes, mais à chaque fois une même réussite ajoutant du leste à l’immersion des spectateurs.

Et si les femmes occupent des rôles secondaires, celles qui participent à l’aventure sont des personnages devenus indispensables, et brillamment mis en valeur, dans les différents milieux où elles évoluent : famille, poste de police, rédaction d’un quotidien ; pour les rôles récurrents de la série.
Tout en restant à « leur place ». 

En effet, si nous sommes dans le milieu des années 1960, l'émancipation du sexe dit « faible » n'était une donnée également partagée partout, et par tous.

Et si le contrat tacite de ce type de scénario stipule l'impossibilité de la mort de l'enquêteur, ici renforcé par notre connaissance de ses enquêtes ultérieures et de sa carrière à venir, il n'en reste pas moins que les enjeux et le brio de la mise en scène maintiennent un fort degré de suspense même quand la vie de Morse est en jeu. 
…. Certainement moins connu que le Doctor Who ou Hercule Poirot, l’univers cathodique imaginé à partir des romans de Colin Dexter vaut pourtant largement le détour Ainsi que la matière première à partir de laquelle ils ont pu exister, cela va sans dire. 

La télévisons britannique n’est pas avare en séries de qualité, et Les Enquêtes de Morses (Endeavour) n’est pas de celle qui brisera tout le bien que j'en pense.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er