Accéder au contenu principal

Le Stalinverse, acte II (Komandar Bloodshot)

Moins que zéro
.... Fortement refroidi par ce que j'en ai lu dans Divinity III (Pour en savoir +), j'ai néanmoins lu le 1re numéro de Komandar Bloodshot - 2e épisode de l’événement dit du Stalinverse - qui confirme ma première impression.

À ceci près que Jeff Lemire me dit avec cette histoire : « je n'ai rien à raconter mais je vais le faire en 23 planches ».

Je doute fortement que quelqu'un d'âgé de plus de 10 ans puisse trouver un quelconque intérêt à ce numéro.
Néanmoins un concept comme le Stalinverse ne risque pas a contrario, d'évoquer quoi que ce soit à ce même jeune lecteur. D'où le sentiment de se diriger droit dans le mur ; ce qui est je vous le concède, de circonstance.
C'est bien simple (c'est d'ailleurs là où le bât blesse), ce que racontent Lemire & le dessinateur Clayton Crain tiendrait facilement sur quatre planches ; mais la comprimer ne la ferait pas mieux passer pour autant. Zéro + zéro = toujours la tête à Toto.

Autre déception, le peu de cas que fait l'éditeur (et les auteurs) de proposer une véritable immersion dans ce qu'il ne présente pas comme un « Elseworld » made in DC Comics ou un « What if ? » à la sauce Marvel, mais bien comme un événement qui se déroule dans l'univers qu'il met en place depuis 2012. Une sorte de révolution en somme.
Ainsi les noms de code sont-ils toujours en anglais, hormis les couvertures aucun travail n'est fait sur le lettrage ou sur les phylactères pour nous faire ressentir que l'on a basculé dans le soi-disant Stalinverse.
Autrement dit on survole le sujet (de très haut) mais on n'atterrit jamais.  

En histoire de complément (back-up), Matt Kindt, le secrétaire général le commissaire politique du Stalinverse (à ce que j'ai cru comprendre), nous a concocté un scénario - dont il a le secret - sur l'origine d'une nouvelle venue dans l'univers Valiant : The Red Legend
Avec un tel nom de code chacun peut se rendre compte que l'imagination est au pouvoir.

C'est bien simple (bis), je ne crois pas avoir jamais lu quelque chose d'aussi creux et d'enfantin. Pour ne pas dire infantile. 
Un tel savoir-faire pour ce qui est de ne rien raconter devrait être récompensé. 
Mais le plus ahurissant c'est que des scénarios aussi faibles (et le mot est faible) puissent être imprimer. 

... C'est bien simple (décidément on n'en sort pas), même gratuitement, je ne lirai ni la suite de Divinity III, ni Komandar Bloodshot.

Bref, le reste de l'aventure stalinienne de l'univers Valiant se fera sans moi.
_____________ 
Scénario : 0/10 
Dessin : 6/10 
Facteur de coolitude : -1/10 
Appréciation globale : Plutôt mort que Rouge !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er