Accéder au contenu principal

The ATOMICS (Mike & Laura Allred) Organix Comics

…. Apparue entre la fin du XXe et le début du vingt-et-unième siècle (janvier 2000/novembre 2001), la série The Atomics de Mike & Laura Allred inscrit ses personnages dans une sorte d’âge d’or de la BD, où on appelait encore un chat un chat, et où aucun d’entre eux n’avaient encore fait la connaissance d’Erwin Schrödinger : chaque chose était à sa place et chaque place avait sa chose.
Lire les quatre premiers numéros (/15) de la série, qui ont été publiés dans l’Hexagone par Organix Comics (traduction de Joël Caron + Maquette et lettrage de d’Elodie Ant & Reed Man), c’est côtoyer des individus animés par d'éternelles passions : haine, vengeance, amour, soif de justice, dans un monde de science-fiction qui fleure bon les années 1950. 
Et ne pas voir dans ce groupe de misfits, des alter ego underground des X-Men - créés par Stan Lee & Jack Kirby - me semble assez difficile ; à moins de faire preuve d’autant de candeur que les membres des Atomics.
Réunis grâce au dramaxe* de la menace (ou supposée telle) qui nécessite un serment digne des Trois mousquetaires, le groupe qui deviendra The Atomics partagent aussi une inimitié commune envers Madman (personnage créé à l’aube des nineties toujours par Allred) qui fait pour le coup un d’Artagnan tout à fait acceptable. 
Les péripéties s’enchaînent avec une bonne humeur communicative, dans une ambiance très bohème ; et l’histoire se décante à la lecture comme un corps inerte au réactif chimique approprié.

…. J’avais déjà lu ces 4 numéros lors de leur parution il y a une quinzaine d’années, et les relire aujourd’hui m’a fait prendre conscience que les qualités que j’y avais trouvées y étaient encore. 

Mais attention ! 

Protégée d’un emballage métaphorique « longue conservation », The Atomics pourrait aussi avoir les vertus d’une madeleine©™ de Proust sur certains lecteurs de BD américaine.
_____________________
*Dramaxe : Unité de sens simple. Stéréotype de type idéologique cliché, axiome logique, etc. 
Produit du récit lorsqu’il est associé à d’autres dramaxes (Cf. Colas Duflo)

Scénario : 7,10/10 
Dessin : 7,20/10 
Appréciation globale : Le freak c'est chic !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er