Accéder au contenu principal

ULTRA (Luna Brothers) Delcourt

« La vie est ce qui vous arrive alors que vous avez prévu autre chose » 
John Lennon

…. Si le raccourci peut sembler facile, il n’en demeure pas moins qu’il semble évident (et très approprié) : ULTRA est le « SEX AND THE CITY » de la BD mainstream américaine. 
Cependant, les Frères Luna ne s’arrêtent pas à la simple photocopie, quand bien même cela aurait été déjà suffisant pour qu’on s’intéresse à leur scénario, ne serait-ce que par curiosité. 

Si la direction artistique n’est pas ce que je retiendrai de cette mini-série de 8 numéros (publiés par l’éditeur étasunien Image Comics), les dialogues – traduits par Anne Capuron pour les éditions Delcourt – sont au contraire un joli tour de force de naturel & de spontanéité. 
Ils sont - plus que les péripéties (qui n’intéressent guère Jonathan & Joshua Luna) - le moteur de l’histoire ; ce par quoi se définissent les personnages. 
Ainsi, le vilain du récit ne l’est (surtout) qu’au travers du mal qu’il peut faire sous sa forme la plus humaine (et la plus métaphorique).
L’autre intérêt d’ULTRA, est de mettre des femmes dans des rôles de premier plan, dans un genre qui ne leur a pas fait beaucoup de place depuis 1938. D’autant que certaines super-héroïnes ne le sont devenues que pour protéger (certes) le patrimoine de leurs éditeurs.
Même si aujourd’hui, c’est en train de changer.
À un point tel qu’on remplace certains super-héros iconiques par leur contrepartie féminine (Thor), ou que l’on tente régulièrement de lancer des équipes uniquement composées de femmes (A-Force).
Mais en 2004 lors de sa sortie, ULTRA faisait figure d’exception, et envisageait le genre auquel elle se rallie sous un jour inédit.
À l’instar d’un Mark Millar proposant un Superman soviétique (RED SON) ou d’un Mark Waid qui dans IRRECUPERABLE fait de Superman, ou plutôt de ce qui lui en tient lieu un ennemi du genre humain ; les Frères Luna quant à eux écrivent une histoire où leur avatar du Kryptonien le plus célèbre du monde n’est plus qu’un faire-valoir.

.... ULTRA est pour résumer, une série à « l’eau de rose », qui bat en brèche le stéréotype de la badass ; où les super-héroïnes sont des stars : à la fois idoles, marchandises et objets d’un culte embryonnaire, qui ont plus à craindre des paparazzis et de leurs fans que des super-vilains.
Des salariées du super-héroïsme sponsorisé, là où d’autres sont des paramilitaires employés par un gouvernement (THE ULTIMATES).

Ses super-héroïnes deviennent, sous l’égide de la fratrie qui les anime, les vedettes d’un genre qui ne les a pas souvent mis sous les projecteurs, des personnages qui acquièrent du même coup et paradoxalement, une dimension humaine, rarement vue dans le microcosme qui les accueille.

_______________
Scénario : 8/10 
Dessin : 7/10 
Facteur de coolitude : 8/10 
Appréciation globale : Ni putes, ni soumises

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er