Accéder au contenu principal

Avengers : STANDOFF (deuxième partie)

Je continue ma lecture du crossover intitulé Standoff, et qui dit crossover dit plusieurs séries concernées :
TOUJOURS AVEC DES SPOILERS (traces)
Agents of S.H.I.E.L.D. #03
Uncanny Avengers #07
All-New, All-Different Avengers #07
New Avengers #08
Howling Commandos of S.H.I.E.L.D. #06
Captain America - Sam Wilson #07 

« Tout ne faisait que commencer » (UBIK) 

…. La première remarque qui me vient à l’esprit concerne la lisibilité de l’histoire.
Bien que ne lisant aucune des séries listées ci-dessus, leur lecture ne m’a demandé aucun éclaircissement supplémentaire à ceux donnés dans chaque numéro. Tout y est bien récapitulé, et chaque personnage défini de manière efficace.

Il faut dire aussi que le scénario est assez simple.
Un petit air de Twin Peaks ?
Ainsi l’idée de Pleasant Hill - à savoir une prison inventée par quelqu’un qui aurait un peu trop lu Philip KDick (sic) - est-elle rapidement évacuée, au profit d’une « bataille de polochons » géante. 

Rien n’est dit d’essentiel dans ces numéros parus au mois de mars 2016 (voir supra), et rien ne fait vraiment avancer l’intrigue, amorcée avec les deux premiers numéros du crossover (dont le Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Alpha #01 lui aussi paru en mars 2016). 

Reste le plaisir de revoir tel ou tel personnage : Deathlok, Rick Jones pour qui j’ai toujours eu un faible (probablement à cause de sa longue proximité avec les super-héros sans qu’il n’en soit un lui-même), le Démolisseur pour qui j’ai (inexplicablement) beaucoup d’affection, ainsi que son équipe. 
D’ailleurs l'épisode en question des Uncanny Avengers est vraiment sympatoche, du Gerry Duggan pur sucre.
Ou d’en voir certain, comme cet American Kaiju que je ne connaissais pas et dont j'ai méchamment envie de faire la connaissance. 
En outre, il est amusant de voir que la « réécriture » n’est pas le seul apanage de Kobik

Dans les New Avengers par exemple, il suffit de réinterpréter un acronyme pour en faire tout autre chose. (Une chouette idée soit dit en passant) 

…. Comme dit précédemment Nick Spencer semble aimer recycler les idées des autres (ce qui pour ma part ne m’apparaît pas comme un défaut), bien conscient semble-t-il qu’il est de toute façon difficile de faire autrement, il s’amuse à faire des clins d’œil à ses propres sources :
Frank J. Barbiere, Brent Schoonover & Nick Filardi - respectivement scénariste, dessinateur & coloriste de du numéro du Howling Commandos of S.H.I.E.L.D. - semblent être sur la même longueur d’onde ; si ce n’est qu’ils citent Le Village des damnés.

Mark Waid & Adam Kubert d’une coté, Nick Spencer & Jesus Saiz de l’autre, nous offrent un clin d’œil au principe de continuité en nous proposant une lecture synchronique de la vie de Sam Wilson, à la fois Captain America et Avengers, lorsqu’il se Coltine/coltinera le Green Skull. Dans un style très seventies lorsque le principe de continuité était une cerise sur le gâteau et pas le gâteau lui-même.

…. À mi-parcours (8 épisodes de lus sur 17) le bilan que je tire est positif : en plus d'une lecture agréable, les différents auteurs en charge de leur série respectives proposent des petits bonus extra-diégétiques toujours bienvenus. 


______________ 

Scénario : 7/10 
Dessin : 7/10 
Facteur de coolitude : 7/10 
Appréciation globale : L’important, c’est de participer

Commentaires

  1. je suis également entrain de le lire,c' est effectivement très très sympa.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er