Accéder au contenu principal

The Savage Sword of Jesus Christ (Grant Morrison & The Molen Brothers)

The Savage Sword of Jesus Christ 

…. Contrairement à Norman Spinrad au début des années 1970, Grant Morrison n’a pas fait émigrer son Adolf Hitler aux Etats-Unis, mais comme le romancier américain, il en a fait un auteur d’heroic fantasy.
Sauf que sous la tutelle du scénariste écossais, Hitler invente « The Savage Sword of Jesus Christ » à ses moments perdus.

Et dans la deux cent quatre-vingt-quatrième livraison du magazine Heavy Metal, ce moment perdu précède de peu l’idée d’envahir la Pologne

Selon le scénariste, et actuellement rédacteur en chef de la revue étasunienne en question, c’est donc en faisant des recherches pour l’un de ses précédents projets (The New Adventures of Hitler), paru en 1990 dans la revue de BD britannique Crisis – dont « The Savage Sword of Jesus Christ » serait une suite – qu’il a découvert le « christianisme positif ». 

Un christianisme conforme à l’idéologie nazie, qui apparaît dès 1920 dans le programme du DAP allemand nous dit-on, que pour sa part Morrison, en bon magicien du chaos qu’il est, assimile à une OPA sur une mythologie concurrente. 
Une manière de contrôler les croyances et l’imaginaire collectif de ses ennemis en en prenant le contrôle.
…. Or donc Jésus, puisque c’est de lui qu’il va s’agir, est dans cette étrange aventure, un Messie nordique brutal, violent & bodybuildé
Si le titre de l’histoire de 8 pages dessinée par les frères Molen fait expressément penser au magazine en N&B de la Marvel alloué dès 1974 au personnage le plus connu inventé par Robert Ervin Howard, la place du texan est ici occupée par Hitler et Joseph Gobels. On a connu meilleure compagnie. 

Et celle de Conan par ce Jésus viriloïde, qui doit plus sa carrure aux versions de Frank Frazetta, John Buscema ou encore Arnold Schwarzenegger qu’aux écrits du bouillonnant pulpster de Cross Plain.

Si en 1974, pour Alain Dorémieux, Rêve de Fer, le roman de Spinrad est « une parodie énorme, à la fois délirante et logique, de toute l'heroic-fantasy, de tout ce qu'elle contient de fascisme larvaire, de pulsions guerrières, d'images nietzschéennes du surhomme et de la race dominatrice » ; il est pour moi encore trop tôt pour ne serait-ce avoir un aperçu de ce qui motive Morrison dans cette entreprise. 
(Toutefois je peux d'ores & déjà dire que je ne partage pas l'avis de Dorémieux sur l'heroic fantasy tel qu'il l’exprimait alors) 

Ou peut-être, tel un J.R.R Tolkien du XXIe siècle, Grant Morrison veut-il réhabiliter l'héritage de ce « noble esprit du Nord », cet héritage des littératures & des culture germaniques & nordiques, cette « contribution suprême à l'Europe » que le nazisme a « ruiné, perverti et rendu à jamais maudit », pour le dire comme le célèbre auteur du Seigneur des Anneaux

J'ai peine à le croire au vu des premières pages de l'entreprise.

.... D’autant que si ce n’était justement Morrison au scénario je me serais contenté de ce seul essai de 8 pages. Les choses étant ce qu’elles sont, je vais sûrement lire le prochain Heavy Metal par curiosité, et voir si quelque chose d’intéressant en sort. 

Pour l’instant ce n’est pas gagné.


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er