Accéder au contenu principal

ALPHA FLIGHT (13 à 20) Marvel Comics

Tabula rasa 

…. À partir du 13e numéro, Alpha Flight fait peau neuve. 

Les événements des tout derniers numéros ont permis de jeter à la poubelle tout ce qui faisait l’intérêt de cette nouvelle tentative de relancer l’équipe dans son propre titre : 
Finies l’ambiance paranoïaque, terminées les interrogations sur le rajeunissement de James MacDonald Hudson (et ses relations avec son épouse), aux oubliettes les expériences génétiques (l’un des rescapés de cette sous-intrigue sera traité comme n’importe quel villain, ou presque), plus de questions sur Manbot, départ de Shiro Yoshida (alias Sunfire) pour le Japon, etc.
Ashley Wood & HAL 9000
Alpha Flight redevient un série comme toutes celles que produit à la chaîne Marvel.
Un peu plus « complexe » que ce que fait au même moment son scénariste - Steven T. Seagle - sur Uncanny X-Men (publiée dans la revue X-Men à partir de son numéro 26), mais en même temps (sic) ce n’est pas difficile, tant ces derniers sont-ils traités d’une façon très simpliste* par le scénariste d’Alpha Flight.

À croire que le scénariste a échangé sa place avec les Alphans originaux pour subir un lavage de cerveau.

La bonne nouvelle, c’est l’arrivée de Duncan Rouleau aux dessins (et comme co-scénariste régulier) qui donne à voir des planches beaucoup plus agréables que ce que ses prédécesseurs ont pu faire jusqu’à maintenant (ce qui n’était pas bien difficile). 
Reste qu'il est un peu trop tributaire de ses encreurs, qui rendent un travail très inégal. 

À noter un épisode dessiné par Ashley Wood, le treizième, judicieusement intitulé « 13e étage /Floor 13 » ; un dessinateur dont le style très reconnaissable (et tout aussi anxiogène) convient tout à fait au scénario concocté par Seagle & Rouleau. 
Certainement le meilleur des 8 derniers de la série régulière, et en tout cas le dernier de la veine « parano/black ops ». 
Les Big Hero 6
Duncan Rouleau est par ailleurs l’un des membres fondateurs de la « boîte à idées » Man of Action Studio, avec Steven T. Seagle, Joe Casey (qui a co-écrit un épisode d'Alpha Flight) et Joe Kelly, à qui l’on doit par exemple le dessin animé Ben 10
Il est en outre le co-créateur (avec Seagle) de l’équipe de super-héros japonais Big Hero 6** qui apparaîtra dans le dix-septième numéro d’Alpha Flight, avant de connaître une exploitation dans les salles obscures à partir de 2014. 

Une autre bonne nouvelle, est que l’annulation de la série - connue aux alentours du quinzième numéro - est somme toute, bien préparée.
Loin de ce l’ambiance des premiers épisodes certes, la série s’achève néanmoins sur une fin satisfaisante, vu l’orientation prise en cours de route, et qui clôture plus ou moins toutes les pistes narratives.  
Une fin ouverte, et un brin nostalgique.

…. Si je regrette l’abandon de la direction qu’avait prise cette nouvelle mouture (une sorte de Stormwatch made in sirop d’érable), il apparaît évident que les torts sont partagés. 

Ainsi Marvel, a-t-il  choisi des équipes artistiques très très décevantes (avant l’arrivée de Rouleau), et d’autre part, Steven T. Seagle use de procédés dilatoires (en multipliant les sous-intrigues) qui laissent un peu trop (à mon goût) dans l’expectative.
Une manière de rallonger la sauce ou de différer des réponses qu’il n’avait pas lui-même ?
Toujours est-il qu'avec l'arrivée de Duncan Rouleau l'éditeur aurait pu tenter de maintenir le cap scénaristique plutôt que de « jeter le bébé avec l'eau du bain ».

Scénario : 5,5/10 
Dessin : 7/10 
Facteur de coolitude : 4,5/10 
Appréciation globale : Reste en deuxième division
__________ 

* Cela dit ce n’est pas moi qui vais critiquer Marvel de proposer des séries pour un lectorat plus jeune, et pour le coup Seagle se contente sûrement de respecter le cahier des charges qui lui est imposé. 

**Incidemment leur première apparition se fera, suite à des problèmes d’agenda (?), dans leur propre mini-série intitulée : Sunfire & Big Hero 6.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er