Accéder au contenu principal

Daredevil Noir (Poker menteur)


…. La Prohibition (1919-1933) a changé les mœurs, et donné naissance à un nouvel empire, gouverné par des « dictateurs de la pègre » : les Al Capone et consorts. 
Le bootlegger devint dès lors une puissance sociale, distillant sa marchandise tout autant que son emprise. Et la Prohibition enfanta d’une littérature.

Composée avec une économie de moyens qui frisait l’avarice, et dépeignait un monde interlope ; où s’agitait avec plus ou moins de brutalité le détective privé hard-boiled ; promu nouveau héros américain, aux tripes en inox blindé, par la grâce de l’écurie du pulp magazine Black Mask (notamment).
C’est dans cette période, où boire était devenu un brevet de masculinité, que s’installent les quatre numéros de la mini-série Daredevil Noir (parue de juin à septembre 2009) que Panini a regroupés – pour le marché francophone – en 1 volume : traduit par Nicole Duclos et lettré par Lucia Truccone.
…. Écrite par Alexander C. Irvine, un auteur de S-F que j’ai récemment lu sur une histoire d’Iron Man (Pour en savoir +), et dessinée par Tomm Cocker l’histoire de « Poker menteur », utilise des personnages bien connus de tous les lecteurs de l’éditeur de BD Marvel (et maintenant des amateurs de séries télévisées). 

Des super-héros, et son entourage, qu’elle réinvente un peu, beaucoup ou pas du tout. 

Ainsi Matt Murdock, dont je n’ai pas besoin de préciser l’alias, est-il l’adjoint d’un détective privé implanté dans le quartier de Hell’s Kitchen : Foggy Nelson
En sa qualité d’enquêteur et de justicier, Murdock va se retrouver au milieu d’une guerre des gangs, motif bien connu des amateurs de cette littérature pour le moins tonique. 
Si ce n’est qu’ici, elle est arbitrée par un mystérieux « Tueur à la cible ». 

Autre motif tout aussi érodé, celui de l’enquête qui se transforme en quête, et dont l’objet initial n’était qu’un leurre.
…. Commençons par ce qui fâche (si je puis dire). 

Au rayon des réinventions, le costume du héros sans peur est tout aussi peu modifié qu’il est peu réussi. 
Ce qui est proprement incompréhensible tant le talent de Tomm Cocker transparaît dans chacune de ses planches. 
Tel un prestidigitateur virtuose dont l’artifice se dissimule sous un réalisme illusoire, Cocker conjugue au plus-que-parfait ambiance sombre & pluvieuse et une mise en image séquentielle tendue. Avec moult trames & effets. 
Daniel Freedman - le coloriste - n'est pas étranger à cette réussite.

Le scénario exhale un climat tout en voix over, qu’il distille durant un flashback dans la plus pure tradition du genre. 
Jusqu’au dénouement qui ne déroge pas à la règle tacite, qui veut que, dans les polars hard-boilded, on peut tout aussi bien s’en passer. 

…. Si « Poker menteur » s’inspire des dramaxes du genre dont il se revendique sans innover, il le fait en revanche très bien. Avec le risque de combler les amateurs dudit genre, tout autant qu’il pourra surprendra les aficionados de « tête à cornes ».
_________
Scénario : 7,3 /10
Dessin : 9,2 /10
Appréciation globale : Bas les masques !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er