Accéder au contenu principal

L'Île (Peter Watts/Pierre-Paul Durastanti)

Dan Ghiordanescu
…. Avec une entrée en matière in medias res - toujours aussi efficace - et une approche dite pseudo-réaliste (par opposition à l’approche didactique) de l’exposition, où l’information « encyclopédique » (ou culturelle) est censément déjà connue du lecteur, et se trouve dissoute dans le récit ; Peter Watts capture l’attention du lecteur avec grâce mais non sans témérité.




Des milliards d’années dans l’avenir, le vaisseau de construction Eriophora poursuit sa mission, fixée une éternité auparavant, sur la très lointaine planète Terre : parcourir à la vitesse de soixante milles kilomètres/seconde l’espace intersidéral afin de poursuivre, dans d’autres systèmes solaires, l’expansion d’un empire. 

…. Peu de récits auront – à ma connaissance – autant justifié ce que Darko Suvin appelait la cognitive estrangement ou « distanciation cognitive », dont la présence disait-il, permet d’identifier le texte où on la repère comme étant de la science-fiction.
L’Île de Peter Watts, traduit par Pierre-Paul Durastanti, produit également du sense of wonder – autre singularité dont serait faite la S-F - d’une rare intensité.

L’auteur y utilise l'imagination autant pour comprendre les tendances d’une réalité potentiellement à venir, qu’à des fins de dépaysement et d’étrangeté dont la capacité exogène en fait un moment d’évasion d’une puissance saisissante.

L’utilisation d’un langage « technique » (du moins m’apparaît-il ainsi) donne en outre à sa nouvelle, une puissance hypnagogique rarement rencontrée ailleurs, alors que se jouent deux drames humains d’une intensité diffuse, allant crescendo.
L’un très terre-à-terre (si je puis dire) et l’autre faisant montre d’une imagination – et d’une astuce - dont je me suis dit - après coup – que c’était un privilège que d’en avoir été témoin.
En sus, la nouvelle en tant que forme littéraire, épuise la totalité de ce qu’elle peut donner en proposant une chute à nulle autre pareille, à l’effet redoutable (et bien entendu inattendu).

Prix Hugo 2010 m’apprend le paratexte bifrostien de la 61e livraison de la revue des mondes imaginaires où j’ai lu cette nouvelle*, et ajouterais-je plus modestement : histoire 5 étoiles dans mon palmarès idiosyncratique.
Manchu
(Je lis en ce moment son roman Vision aveugle, et le talent de Peter Watts y est tout aussi présent que dans L'Île, c'est plutôt de bon augure)  
___________ 
 * Mais on peut tout aussi bien lire cette nouvelle dans l’anthologie que Le Bélial & Quarante-Deux ont concocté de conserve, intitulée Au-delà du gouffre et entièrement consacrée à Peter Watts.

Commentaires

  1. J'en salive, je lis actuellement Au-delà du gouffre et je suis sous le charme complet. Brillant, intelligent, novateur et je n'en suis qu'à la page 50.

    Dès que j'ai fini je fonce sur L’Île, même à la rame.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er