Accéder au contenu principal

Expedition (Chuck Palahniuk)

…. Avec Expedition, une nouvelle* de 20 pages, Chuck Palahniuk approfondit l’univers de Tyler Durden en proposant une prequel à son roman Fight Club (à qui par ailleurs il offre aussi une suite sous la forme d’une maxi-série de BD), rendu extrêmement populaire grâce au film de David Fincher.

Si on en croit le romancier, il avait la volonté d’écrire quelque chose dans la veine de Lovecraft, de Poe et d’Hawthrone.
Des auteurs qui se sont influencés dans l’ordre inverse dont je les énumère (et qui n’en finissent pas d’influencer moult auteurs encore aujourd'hui).

Et force est de constater qu’Expedition est, de ce côté-là du spectre de la création, une fort belle réussite. D’ailleurs l’intérêt que j’ai pris à sa lecture tient bien entendu à cette atmosphère qui combine le meilleurs de ces trois ombres tutélaires, mais aussi au plaisir que j’ai eu à la lecture en tant que telle.
Sans pour autant me détacher du monde de la fiction dans lequel j’étais plongé, je me réjouissais de la technique de l’auteur, du moins de ce que j’en percevais. Ou ce que je croyais en percevoir.

Ce qui est par ailleurs, l’un des attraits du « conte », dont Edgar Allan Poe s’était fait le meilleur des chantres.
En effet le conte est, au siècle où écrit Poe, à entendre comme un récit bref, mais surtout virtuose, qui plus est dont la lecture est lié au rythme que lui impose une parution dans les journaux.
Pour le dire autrement un conte doit se lire à la manière d’un fait divers, et seul l’habileté de l’auteur peut lui donner la « touche » qui l’en démarque.


« Pirthee pay heed, the first-most rule regarding the monster is thee must nevermore speak of meeting the monster »

Et Tyler Durden me direz-vous ?

Eh bien selon Palahniuk, Durden est un mème**, ce qui lui permet par exemple d’apparaître dans le Hambourg interlope des années 1880 (Expedition).
Mais à dire vrai, sa présence est surtout – je pense - un clin d’œil à ses lecteurs, et peut-être aussi une manière de se réapproprier sa création qui lui avait échappé après qu’elle ait été interprété par Brad Pitt, tant elle n'est pas indispensable (mais fort réjouissante & réussie).

Cette réappropriation est ce qui apparaît - entre les lignes - en tout cas au travers de la suite de son célèbre roman, sous forme donc d’illustrés mensuels (publiés par Dark Horse aux U.S.A***), lesquels reprennent là où son roman s’achevait.
Une fin différente, je le rappelle, de celle voulue par Fincher au cinéma. CQFD.

…. Or donc Expedition est un très chouette moment de lecture, mais qui nous dit Palahniuk, n’est tout à fait autonome.
En effet la huitième livraison de la maxi-série dessinée par Cameron Stewart apporterait des révélations importantes quant à sa totale compréhension. Du moins selon Chuck himself.

On voit qu’il a été à bonne école, puisque c’est - dit-il - Matt Fraction et Brian Michael Bendis, deux scénaristes de BD, rompus aux arcanes du « principe de continuité », qui l’ont convaincu de faire une suite sous cette forme. Et qu'il a été prompte à s'emparer de cet artifice.  
 ________________________
* Au sommaire du recueil Make Something Up: Stories You Can't Unread (non traduit). Et sous forme de vinyle, lu par l'auteur lui-même.

** La mémétique est apparue suite à une petite phrase dans un ouvrage de Richard Dawkins(Le Gène égoïste) où il émettait l'idée (c'est le cas de le dire) que les idées étaient comme les gènes, vivantes et qu'elles se servaient d'hôtes – les êtres humains - pour vivre. Il n'exploite pas du tout cette assertion dans son livre, ce seront d'autres individus qui le feront. Le mème est donc à la civilisation ce que le gène est à l'évolution : un élément de code culturel, cognitif, symbolique ou pratique, soumis à la sélection naturelle. Autrement dit, le mème est une idée qui à l'instar de l’œuf de Samuel Butler utilise la poule pour se dupliquer. Et nous autre homo sapiens jouons le rôle de la poule.

*** Fight Club 2 a été publié dans l'Hexagone par les éditions Super8

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er