Accéder au contenu principal

Avengers : STANDOFF (suite ..)

J’aborde avec ce commentaire©™ la dernière ligne droite avant l’épilogue qui sera (pour moi) la lecture d’Avengers Standoff - Assault on Pleasant Hill Omega #01 et Captain America - Sam Wilson #09, mais avant donc :
PIC DE SPOILERS, adaptez votre vitesse (de lecture) !!

Identity Crisis

Uncanny Avengers, d’une lecture agréable mais somme toute, ordinaire. À noter le réveille d’un des prisonniers, assez osé, même si seulement suggéré. Heureusement que la lecture des comic books n’est plus un loisir d’enfant. [-_ô] 

• Le scénariste Al Ewing ne recule devant rien et propose l’un des personnages les plus dingues du moment. Il fallait le faire !! 
Je parlais dans un précédent commentaire des clins d’œil des uns et des autres sous forme de « bonus » plus ou moins incognito, là pour le coup Ewing importe carrément le pitch de Pacific Rim (dans les n° 9 & 10 de New Avengers). 
Et ça marche plutôt bien.

Illuminati n° 5 est le résultat d’un chouette savoir-faire et propose un angle assez inédit dans le cadre de Standoff
Un bien chouette numéro - un poil « fleur bleue » & très réussi - que l’on doit à Joshua Williamson. 
Mike Anderson au dessin et John Rauch aux couleurs créent une ambiance qui apporte un plus indéniable à la qualité de cet excellent numéro. (Certainement le numéro qui m'a le + donné envie de lire les précédents de la série) 

New Avengers n°08 (Pour en savoir +) et Agents of S.H.I.E.L.D. n°4 proposent dans le cadre du crossover dont il est question ici, deux points de vue sur un même événement (en plus de leurs propres péripéties), et lus à la suite ou presque, ces 2 épisodes sont du plus bel effet. 

Un extrait :

Même les sous-intrigues périphériques à Standoff, celles qui font partie de chaque série indépendamment du fil rouge qu'est le crossover, sont intéressantes et suffisamment bien étayées pour qu’on puisse les suivre. Mieux, les différents numéros donnent (pour l’instant) envie de les reprendre du début (si ce n’était pas déjà fait).

• Pas toutes non plus, ainsi Mark Waid sur All-New All-Different Avengers #08 fait-il le minium syndical. Cela dit, ça se lit fort bien aussi. 
Mais en regard des autres séries « impactées », et compte tenu de la stature de son scénariste (du moins celle que je lui prête) c’est très anecdotique.
_ « He’s Captain America. I’m just Steve this days. »
_ « R-Right. Of course, sorry … » 
Extrait d’un des dialogues de Captain America - Sam Wilson #08, un numéro qui vaut surtout pour les rapports que développe le « triumvirat du Bouclier ». 
Un moment intimiste dans un numéro qui distribue des beignes à qui mieux mieux.
Encore un personnage que j'aime beaucoup, et qui à chaque fois m'évoque la série des aventures de Spiderman l'homme araignée
publiée dans TELE POCHE alors que j'étais déjà lecteur de STRANGE depuis longtemps
…. Si de mon point de vue les super-héros en tant que genre se rattachent indubitablement à la fantasy, qu’ils sont de la fantasy (et en aucun cas de la science-fiction [qui n’est de toute façon que de la fantasy avec des boulons]), je ne crois pas avoir lu d’histoire qui comme Standoff, le montre aussi clairement (voire qui pousse jusqu'au conte merveilleux).
Et je remarque aussi que l'éditeur Marvel – du moins dans le cadre de ce qui m'occupe ici – dessine de plus en plus précisément sa propre cartographie du monde.
Ainsi passe-ton (dans le désordre) de l’Île des Vengeurs à la Terre Sauvage, puis à la Maison de l’Enfer de Hood, avec un détour par l’Île de Barbuda*.
Sans oublier, bien sûr, Pleasant Hill.
Autrement dit Marvel inventorie un « monde secondaire » - cher à la fantasy - qui possède en plus de sa géographie imaginaire, ses propres lois naturelles. Deux éléments qui d'ordinaire servent à identifier le genre.

…. Ce troisième lot de comic books confirme, et même augmente tout le bien que je pensais déjà de ce crossover

Même les épisodes qui me paraissent un peu plus faibles que les autres, s’intègrent à merveille dans le plan d’ensemble et le font respirer (si je puis dire) en proposant quelque chose de plus léger, de plus rapide à lire, en revenant aux fondamentaux : « une bonne baston ». 

(À suivre ....)
_______________

* L'Île de Barbuda, dont on nous précise qu’elle est une ancienne île de l’A.I.M., quand bien même une telle île existe bien sur notre mappemonde de lecteur. 

Scénario : 8/10 (en ) 
Dessin : 8/10 (en ) 
Facteur de coolitude : 9/10 (en ) 
Appréciation globale : Il était une fois ….

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er