Accéder au contenu principal

Cher pays de notre enfance [É. Davodeau / B. Collombat]

Particulièrement passionnant, j'ai pour ma part lu les presque 220 pages de cette bande dessinée (24 €, prix unique du livre), quasiment d'une traite, Cher pays de notre enfance revient sur une page de l'Histoire de France.
Une Histoire parallèle, comme le laisse entendre la couverture de l'album, où non seulement le général De Gaulle est éclaboussé, mais plus encore peut-être ; où son regard, très inquiet, porte à son extrême droite. Là où la photo officielle le montre dans une attitude bien plus régalienne, regardant sur sa gauche.

Bien que familier, par goût de l'Histoire, du Service d'Action Civique (SAC), et de l'affaire Boulin. Voire, grâce au cinéma de l'assassinat du juge Renaud, la minutie de l'enquête qu'ont menée Benoît Collombat et Étienne Davodeau a été un rappel salutaire. Et surtout rempli de détailles dont je n'avais pas connaissance, ou que j'avais oubliés. 
Le SAC donc, service d'ordre du mouvement gaulliste, puis police parallèle non officielle, est ici le révélateur d'un instantané des années 1970 (principalement), dont l'arrière-plan remonte jusqu'à la Résistance, en passant par la guerre d'Algérie. Seront ainsi évoqués le juge François Renaud, le patronat français, les syndicats, la « françafrique », et quelques figures politiques dont les carrières déborderont franchement ce que les deux auteurs n'ont pas hésité à appeler  les « années de plomb » de la Vème République. Allusion au chrononyme désignant l'Italie des années 1970. 
La bande dessinée est d'ailleurs enrichie d'une postface de Roberto Scarpinato.   
Mais ce qui fait à mes yeux de Cher pays de notre enfance, un document unique, c'est la mise en scène de l'enquête elle-même. Étienne Davodeau & Benoït Collombat sont, aussi sûrement que les témoins de ce que raconte cette bande dessinée, des acteurs dudit document. Ce procédé insuffle une dynamique aux faits, aussi proche du romanesque que le leur permet la recherche honnête de la Vérité (dont je ne doute pas qu'elle les motive). 
Le deuxième point essentiel, qui apparaît en filigrane, est la fragilité de la démarche des deux auteurs. 
La totalité de l'enquête, la partie qui dévoile ce que nous ignorons, la plus intéressante donc, repose en effets sur des témoignages. Outre que ceux-ci se basent sur des souvenirs, leur fiabilité ne cesse d'être un motif d'interrogation. Quelque soit d'ailleurs, ceux qui les divulguent. 
Cela dit, la réouverture de l'enquête sur ce qu'on appelle communément «l'affaire Boulin », du nom du ministre du travail du gouvernement Giscard, découvert mort dans l'étang Rompu de la forêt de Rambouillet, sert le travail de Davodeau et Collombat. Tout comme les documents de la commission d'enquête sur les agissements du SAC, qui restent, encore, inaccessibles.
Ce dernier, par ailleurs journaliste, a consacré un ouvrage à cet étrange suicide ; publié en 2007 chez Fayard
         En conclusion, Cher pays de notre enfance, bénéficie grandement de la forme qu'ont choisie les deux auteurs. En effet la bande dessinée apporte son carburant récréatif à une enquête finalement assez répétitive. Étienne Davodeau rend la lecture des multiples témoignages quasi diégétique, alors même qu'il s'attache à en rendre les propos et l'atmosphère les plus proches de ce qu'ils étaient lorsqu'il y a assistés. 

La BD, grâce à son alchimie particulière d'images et de mots, est un puissant vecteur de transmission de l'information, Cher pays de notre enfance ou La Septième arme [Pour en savoir +], sur un sujet proche, en sont deux beaux exemples.            

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…