Accéder au contenu principal

Les Chats du Louvre [Taiyô Matsumoto / Isabelle Merlet]



"Un musée, de nuit, on se croirait dans le ventre d’une baleine."

D’un partenariat scellé entre les éditions Futuropolis et le musée du Louvre s’est développée une collection atypique de bandes dessinées au fil des années au gré de l’inspiration d’auteurs venus d’orient comme d’occident. Le cadre de ces publications autorise aux auteurs conviés un accès privilégié pour visiter les galeries et les coulisses du Louvre, d’en arpenter couloirs et recoins de jour comme de nuit pour s’imprégner de l’atmosphère du musée. Empli des énergies qui parcourent les lieux, à charge de l’auteur d’imaginer un récit s’inscrivant au sein du décor fantasmatique louvresque. Après diverses publications, c’est au tour de Taiyô Matsumoto de se voir offrir l’opportunité de s’aventurer dans « le ventre de la baleine » avec son nouveau manga Les chats du Louvre. Initialement publié en deux tomes en noir et blanc, ce récit a été complété d’une édition intégrale parée de couleurs réalisées pour l’occasion par Isabelle Merlet.


 Loin d’être bridé par la contrainte de base, Matsumoto y trouve au contraire matière à l’exploration de questionnements intimes qui émaillent son œuvre depuis des décennies, ceux de l’enfance éprouvée face à la réalité abrupte, parfois cruelle et incompréhensible du monde environnant. L’auteur anime ici un protagoniste d’un genre nouveau dans son œuvre. Soit un chaton blanc neige répondant au sobriquet de Flocon, un passe-tableau capable de se réfugier dans les peintures quand il ne rôde pas dans les allées du musée, admirant silencieusement les œuvres disséminées çà et là. Flanqué d’une meute hétéroclite de félins réfugiés dans les combles de cette étrange bâtisse, Flocon est le témoin privilégié des déambulations poétiques empruntées par l’écriture et le trait de l’auteur.


Sculptures, tableaux et autres curiosités s’adonnent à un discret ballet en arrière-plan des cases quand le dessin virevoltant du mangaka profite du cadre hors-normes du musée pour déployer par touches un imaginaire fantastique propice à la rêverie et l’errance. Taiyô Matsumoto laisse s’envoler au fil des planches toutes sortes d’idées magnifiques, dont ce parti-pris d’avoir conjugué l’anthropomorphisme animal aux errements de l’homme avec un rare bonheur, les félins déployant une silhouette humanoïde sans pour autant se départir de leurs attributs bestiaux dès lors qu’ils se soustraient à la vue des humains. Basculant sous leur apparence animale dès que les humains font irruption dans leur quotidien, les matous investissent les pages de chapitre en chapitre au rythme des excursions et autres escarmouches ponctuant le récit avec la virtuosité coutumière dont fait preuve Matsumoto dans le découpage. Le trait se délie et les cadrages se déploient pour saisir des panoramas traversés par le temps et les saisons, la vie et la mort; la maestria graphique à l’œuvre se resserre autour de tourments intimes qui agitent les protagonistes, illustrant tant les affres d’un chat couleur neige qui ne vieillit pas que les pas d’un vieux gardien sillonnant inlassablement les dédales du musée à la recherche d’un être cher disparu.


A la virtuosité du dessin répond une palette de couleurs soigneusement apposées par Isabelle Merlet. Les fins aplats et le travail délicat sur les ambiances à l’œuvre – les virées nocturnes doucement bleutées comme les rêveries embuées de rouge impriment durablement la mémoire – donnent un cachet indéniable à cette version, retranscrivant le caractère évanescent des saisons qui s’estompent. Les choix chromatiques opérés s’accompagnent d’un façonnage discret du trait noir vers une teinte de bleu-violet, adoucissant les contrastes en vue d’harmoniser les ambiances sur des planches dont la dominante de noir aurait pu rendre rédhibitoire l’ajout primaire de couleurs sur le dessin brut. Le récit trouve ainsi un nouvel équilibre visuel, l’expérience de la lecture en couleur renouvelant les sensations procurées par l’histoire. Le lecteur curieux peut se faire une idée du rendu de cette version en visitant le blog d’Isabelle Merlet  [Pour en savoir+], qui propose un comparatif planche à planche des deux versions témoignant du travail accompli sur les couleurs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…