Accéder au contenu principal

Heroes in Crisis [Tom King / Clay Man]

J'y ai cru pourtant.
            Le « whodunit » est un sous-genre suffisamment balisé pour que n'importe quel scénariste, même en la jouant petit bras, s'en sorte. Je ne demandais pas à Tom King de nous refaire un coup d'éclat à la Agatha Christie comme avec Le meurtre de Roger Ackroyd.
Cela dit, il a peut-être écrit un chef-d’œuvre, puisque je n'ai toujours pas compris l'épilogue. Quid du coupable ? Des victimes ? En neuf numéros il y avait pourtant la place d'expliquer, et surtout de conclure plus clairement.
Sans parler des circonstances qui l'on amené à cette situation.
Difficile en effet de croire que ce personnage en soit arrivé à de telles extrémités.
            Bref ce n'est pourtant pas si mauvais que ça, grâce aux dessins de Clay Man et à la colorisation de Tomeu Morey. Dès que le dessinateur s'absente la différence est frappante.
Clay Man est capable de rendre intéressantes même des planches de confession façon gaufrier (le péché mignon de Tom King). Les visages y sont particulièrement expressifs, et valent largement un long discours.
C'est saisissant !
Reste que j'ai été assez estomaqué par sa manière de sexualiser toutes les femmes qui passent par ses planches. L'impact est d'autant plus grand, qu'il n'y a pas d'exagérations anatomiques. Et que sa mise en récit évite le plus souvent que ses personnages donnent l'impression de poser.
             Je crois bien que c'est cette page (supra) qui a été mon satori.
Et puis il y a le quatrième numéro, un véritable festival, Lois Lane encore, et surtout Batgirl. On va pas se mentir (rire), je me suis posé des questions, et j'ai fais une petite recherche. Et (soulagement), manifestement je ne suis pas le seul à qui le talent de Clay Man fait cet effet. Une couverture (celle du numéro 7) a même fait l'objet d'un rétro-pédalage éditorial.
Vu le talent du bonhomme, j'aimerais bien qu'il diminue un peu cette hyper-sexualisation, une caractéristique qui risque finalement de lui porter préjudice.
Et surtout de masquer son immense talent.

            Si vous voulez vous faire une idée de cette mini-série, elle est disponible de ce côté-ci de l'Atlantique, chez l'éditeur Urban Comics™, traduite par Jérôme Wicky.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®