Accéder au contenu principal

Heroes in Crisis [Tom King / Clay Man]

J'y ai cru pourtant.
            Le « whodunit » est un sous-genre suffisamment balisé pour que n'importe quel scénariste, même en la jouant petit bras, s'en sorte. Je ne demandais pas à Tom King de nous refaire un coup d'éclat à la Agatha Christie comme avec Le meurtre de Roger Ackroyd.
Cela dit, il a peut-être écrit un chef-d’œuvre, puisque je n'ai toujours pas compris l'épilogue. Quid du coupable ? Des victimes ? En neuf numéros il y avait pourtant la place d'expliquer, et surtout de conclure plus clairement.
Sans parler des circonstances qui l'on amené à cette situation.
Difficile en effet de croire que ce personnage en soit arrivé à de telles extrémités.
            Bref ce n'est pourtant pas si mauvais que ça, grâce aux dessins de Clay Man et à la colorisation de Tomeu Morey. Dès que le dessinateur s'absente la différence est frappante.
Clay Man est capable de rendre intéressantes même des planches de confession façon gaufrier (le péché mignon de Tom King). Les visages y sont particulièrement expressifs, et valent largement un long discours.
C'est saisissant !
Reste que j'ai été assez estomaqué par sa manière de sexualiser toutes les femmes qui passent par ses planches. L'impact est d'autant plus grand, qu'il n'y a pas d'exagérations anatomiques. Et que sa mise en récit évite le plus souvent que ses personnages donnent l'impression de poser.
             Je crois bien que c'est cette page (supra) qui a été mon satori.
Et puis il y a le quatrième numéro, un véritable festival, Lois Lane encore, et surtout Batgirl. On va pas se mentir (rire), je me suis posé des questions, et j'ai fais une petite recherche. Et (soulagement), manifestement je ne suis pas le seul à qui le talent de Clay Man fait cet effet. Une couverture (celle du numéro 7) a même fait l'objet d'un rétro-pédalage éditorial.
Vu le talent du bonhomme, j'aimerais bien qu'il diminue un peu cette hyper-sexualisation, une caractéristique qui risque finalement de lui porter préjudice.
Et surtout de masquer son immense talent.

            Si vous voulez vous faire une idée de cette mini-série, elle est disponible de ce côté-ci de l'Atlantique, chez l'éditeur Urban Comics™, traduite par Jérôme Wicky.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er