Accéder au contenu principal

Le Dragon ne dort jamais [Glen Cook / Frank Reichert]

Selon une source proche de Glen Cook, le texte original aurait été amputé de 80 000 mots (à peu près 160 pages en interlignes simples) par lui-même. Ce qui paraît énorme pour un livre qui fait 256 pages en version originale.
Les raisons de cette révision ne me sont pas très claires.
Mais elle explique sûrement l'entrée en matière très brutale. Et qu'au final « Le Dragon ne dort jamais » soit aussi amphigourique.
            Glen Cook, auteur connu et reconnu de Fantasy livre avec ce roman, un space opera militaire et épique. Si le titre peu prêter à confusion, la couverture de Manchu, moins équivoque, ne laisse pas de place au doute.  
« Le Grégor Oublié effectuait un circuit trapézoïdal régulier entre L. Maronia, K. Foulorii, M. Benica et D. Suttonica B. Depuis toujours et pour toujours. Le Voyageur Hansa Rituel Fidèle avait été porté disparu pendant un temps, mais retrouvé vingt ans plus tôt par le XVII Macedonica. Pirates. Aucun signe de vie à bord. » 
La citation ci-dessus est un bon exemple de la prose de Cook traduite par Frank Reichert.
Des noms des vaisseaux pittoresques, des phrases courtes, souvent sibyllines ; même avec le contexte. S'y ajoute des chapitres également très courts.
Beaucoup de personnages (et de points de vue), dont certains ont des clones, des Vaisseaux (avec une majuscule) capables de projeter des « hologrammes organiques », un Réseau, sorte d'autoroutes de l'espaces, un ennemi Extérieur, des manœuvres politico-commerciales, etc
« Le Dragon ne dort jamais » est donc un roman très riche, auquel la traduction ajoute son grain de sel. 
            Ainsi peut-on y lire que « ses mains sucraient les fraises », que « les spectres ne pigeaient que pouic » ou « qu'on risquait de devenir schabraque ». Sans souci d’exhaustivité certes mais sans  oublier pour autant le verbe rengracier. Au sujet duquel j'ai dû ouvrir mon dictionnaire d'argot.   
Frank Reichert s'est visiblement donné du mal pour transcrire les particularismes des uns et des autres aux travers des dialogues. Pour un résultat souvent incongru.
Mais cet univers, qu'on devine très captivant n'est visiblement pas pour tous les lecteurs.
            Souvent trop évasif, l'auteur n'y offre que peu de portes d'entrée. En plus, Glen Cook a mitonné une intrigue dont les rebondissements laissent pantois, où certains personnages ont plusieurs volte-face en magasin. Des personnages parfois clonés. Je vous laisse imaginer le foutoir !

            En définitive, « Le Dragon ne dort jamais » est un roman que je soupçonne d'être très captivant, mais qui m'est resté, en grande partie, totalement incompréhensible. 
Si c'était à refaire, j'en abandonnerais la lecture, sans remord, dès les premiers signes de complexité. Car ceux-ci se révéleront au final totalement gratuits (contrairement à ce que je croyais alors).   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®