Accéder au contenu principal

Migration [Jamie Sawyer / Florence Bury]

La Sf militaire est quasiment inscrite dans l’ADN du space opera. L’un des premiers du genre (alors que ledit genre n’avait pas encore vraiment de nom), La Guerre des mondes de H.G. Wells, et sa revanche Edison’s Conquest of Mars de Garrett Serviss, parus la même année -1898- en sont deux exemples frappants.
            N’importe quel lecteur de science-fiction sait que le terme même de « space opera » a d’abord désigné un reproche adressé à une certaine Sf, reposant sur une formule. Laquelle transposait alors l’idéalisme de la Frontière, autrement dit la conquête de l’Ouest, dans l’espace.
Wilson Tucker, s’inspire d’ailleurs, selon Leslie Fiedler, du terme « horse opera » pour créer le sien en 1941. Un vocable qui désignait une catégorie de westerns remplis de clichés et reposant sur une « formule » ; rythmés -parfois- d'intermèdes musicaux et chantés. D'où la présence du mot « opera ».
Et bien sûr du « soap opera », quintessence du récit formulaire.
            Autrement dit derrière ces divers « opera » c’est l’idée d’une répétition qui apparait. Et le deuxième tome de La guerre sans fin, intitulé « Migration » n’y échappe pas.
            Série feuilletonnante, quatre tomes dans le premier cycle [Pour en savoir +] : Lazare en guerre. Et pour l’instant deux avec le lieutenant Keira Jenkins en tête d’affiche, devenu à son tour chef d’équipe. La jeune femme occupait par ailleurs la place de bras droit du Lazare en question (alias Conrad Harris) dans le cycle précédent.
            Chaque tome contient la totalité de l’univers fictif dans lequel il s’inscrit. Interdépendant de la chronologie, aucun d'entre eux n’est autonome.
            Dès L’Artefact, commercialisé en France par L’Atalante© en 2017, et déjà traduit par Florence Bury, Jamie Sawyer invente une formule à laquelle il se tient depuis. L’originalité de son univers lui a été inspirée par les drones de combat, remplacés ici par des « simulants ». C’est-à-dire des clones aux capacités neurophysiologiques exceptionnelles, pilotés par des opérateurs. Les SimOps™ sont les soldats d’élite de l’Alliance. Il est cocasse de remarquer que ce qui singularise les romans de Jamie Sawyer, c’est justement l’idée de la répétition du même, au travers de clones de combat.
            Dans ce nouveau cycle, Keira Jenkins commande les « Chacals », une équipe de SimOps™ composée d’un repris de justice russe, de la fille d’un sénateur aux dents longues, d’un clone du directoire, et d’un Krell. Sans oublier le sergent Zoe Campbell dit Zéro. Une combinaison explosive face à la nouvelle menace introduite dans le tome précédent : la Spirale noire.
            « Migration » ne déroge en rien aux tomes précédents ; les « Chacals » sont une unité de combat, et elle agit en tant que telle. Les péripéties s’enchaînent, les obstacles apparaissent, sont détruits ou repoussés. Bref, après six tomes, le lecteur qui est encore là sait à quoi s’en tenir, et Jamie Sawyer mène sa mission à bien.
Comme de juste « Migration » se termine sur le « à suivre ... » attendu.
Paru en novembre 2019 dans sa version originale, Dominion devrait conclure les aventures de Keira Jenkins et ses Chacals. Nul doute que L'Atalante© nous le proposera bientôt. 
(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er