Accéder au contenu principal

Witch Hammer [Cullen Bunn / Dalibor Talajic]

AfterShock™ est un éditeur assez récemment arrivé sur le marché américain de la bande dessinée (2015). Il a su rallier des auteurs confirmés, et il préfère visiblement privilégier les mini-séries. Autre point à signaler, il n'a pas créé d'univers partagé, et les super-héros ne sont pas majoritaires dans son écurie.
            « Witch Hammer », écrit par Cullen Bunn, et dessiné par Dalibor Talajić inaugure chez cet éditeur une nouvelle ligne, constituée de graphic novels. Ce qui correspond de ce côté-ci de l'Atlantique à ce qu'on appelle des albums. En l’occurrence, 64 pages sous une couverture rigide au prix de $19,99.
            Cullen Bunn est un scénariste extrêmement prolifique, qui semble avoir comme point d'honneur d'être publié par tous les éditeurs étasuniens. En France on a pu lire son excellent western fantastique intitulé The Sixth Gun. Malheureusement « Witch Hammer » n'est pas de la même trempe. Pour le dire simplement, et avec délicatesse, on dirait un scénario écrit par quelqu'un qui n'en n'a jamais fait.
Linéaire, sans surprise, et plein de poncifs. Si je devais faire un rapprochement culinaire, je dirais que « Witch Hammer » est à la fiction ce le McDo© est à la cuisine.
En consolation, Dalibor Talajić et Sebastijan Čamagajevac, respectivement aux dessins et à la colorisation font un formidable travail.
C'est d'ailleurs la case supra qui m'a décidé à tenter l'aventure, et une promotion inespérée sur l'album, vendu moitié prix. Ceci, compte tenu du travail de Cullen Bunn sur The Sixth Gun, évidemment.
            En définitive « Witch Hammer » n'est pas une mauvaise histoire, c'est plus simplement une histoire très ordinaire. Que le prix de vente plombe encore plus.
C'est d'autant plus dommage que l'association artistique de Talajić & Čamagajevac, livre une prestation de toute beauté.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er