Accéder au contenu principal

Harrison Harrison [Daryl Gregory / Laurent Philibert-Caillat / Nicolas Fructus]

Victime consentante de l'envahissant imaginaire made in Providence, Daryl Gregory s'en tire avec le brio que ses romans, précédemment publiés en France,  annonçaient.            
            S'il est notoire que Daryl Gregory a voulu écrire une histoire de Lovecraft, effrayante et amusante, pour son fils lorsqu’il avait 12 ans. L’auteur précise cependant que ce dernier était déjà un lecteur aguerri de Lovecraft, et qu’il en connaissait plus que son père sur l’auteur en question.
            Or donc, même si vous avez dépassé l'âge de la puberté depuis belle lurette, « Harrison Harrison » ne devrait pas vous terrifier pour la raison qu'il s'adresserait, en priorité, aux jeunes lecteurs. Puisque ce n'est pas le cas.
« Harrison Harrison », comme son titre l'indique est une aventure de jeunesse du Harrison Harrison croisé dans Nous allons tous très bien, merci [Pour en savoir +]; également publié aux éditions Le Bélial'©.
Cette édition, traduite par Laurent Philibert-Caillat, est de surcroît enrichie d'illustrations de Nicolas Fructus, qui signe aussi la couverture.
            Si les références certifiées HPL™sauteront forcément aux yeux des aficionados, il n'est cependant pas nécessaire de parler le Lovecraft couramment pour être captivé par cette aventure.
« Harrison Harrison » se situerait plus justement entre Les Goonies et The Monster Squad.
Ou pour le dire encore plus simplement, il pourrait s'agir d'une nouvelle de Lovecraft, produite par Steven Spielberg.
            Un divertissement familial de qualité, dont j'espère retrouver tôt ou tard quelques-uns (et quelques-unes) des protagonistes. La dramatis personæ y est en effet, particulièrement attachante et intéressante.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®