Accéder au contenu principal

Le Livre de M [Peng Shepherd / Anne-Sylvie Homassel]

« Pour Ory, la fin du monde commença avec un cerf. »
            Roman Fantastique en tant qu'il introduit un élément surnaturel dans un quotidien ordinaire, et qui oublie peu à peu qu'il en est un pour devenir un récit de Fantasy catastrophe. Road trip étasunien, nonobstant un détour par l'IndePeng Shepherd paye son dû au « zero shadow day ». Un événement rarissime, et surtout l'étincelle indispensable pour que sa fascination pour les ombres se transforme en une love story à l'épreuve d'une épidémie à nulle autre pareille.
             « Le Livre de M » est un roman à quatre voix, soutenu par un chœur de personnages indispensables. Roman un peu trop long par moment, mais qui compense ses quelques baisses de rythme par son originalité.
Déroutant (sans jeu de mots), « Le Livre de M » nécessite la franche adhésion de celles & ceux qui en tenteront l'aventure.
La jeune autrice multiplie en effet les coïncidences bienvenues, et développe un symptôme dont la puissance risque, à tout instant, d’affaiblir la nécessaire suspension volontaire d'incrédulité. Mais dont les effets architecturaux vaudront bien l’inquiétante incertitude qui m'aura étreint.
            Ce dix-huitième roman d'Albin Michel Imaginaire© se singularise des titres précédents en délaissant pour le coup les couvertures peintes originales, et leur design dont l’identité visuelle est un rappel élégant aux couvertures de l’Atelier Pierre Faucheux™, du début des années 1970.
Or donc, si « Le Livre de M » se distingue visuellement dans sa tentative de toucher un public plus large que les amateurs de SfFF, la bouillonnante histoire écrite par Peng Shepherd n'y manquera pas, à condition qu'on lui en donne la chance.   
            Romance post-apocalyptique, « Le Livre de M », grâce aux parcours respectifs de ses protagonistes principaux, est tout à fait capable de rallier et de combler un lectorat très varié. Dont justement les amateurs de Fantasy.
Un premier roman en tout cas très prometteur, à paraître le 17 juin.
Et si j'ai pu le lire avant sa sortie officielle, c'est bien évidemment grâce à Gilles Dumay, que je remercie pour sa confiance.   

Commentaires

  1. Comme tu le dis, malgré les bémols, un roman prometteur.

    RépondreSupprimer
  2. On me l'a offert, je devrai le lire en 2021, le post-apo ça me plait en général, il a l'air de faire l'unanimité, j'ai un peu peur pour le coté romance, je serai bientôt fixé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai ton avis avec plaisir.
      Cela dit, tu as lu « Vita Nostra » (moi j'ai calé au 2/3, et je n'aurais sûrement pas mis 7,5/10), je ne doute donc pas que tu ailles au bout du roman de Peng Shepherd.
      Je ne suis moi-même pas très fleur bleu, et il est passé comme une lettre à la Poste.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®