Accéder au contenu principal

Arlington Road [Mark Pellington / Jeff Bridges / Tim Robbins]

Écrit par le scénariste Ehren Kruger, « Arlington Road » s'inspirerait notamment de l'attentat perpétré quatre ans avant la sortie du film, par Timothy McVeigh, à Oklahoma City.
            Nonobstant cette supposée inspiration, le film de Mark Pellington est surtout une belle mécanique paranoïaque. Pendant presque deux heures il souffle le chaud et le froid sur la personnalité de deux voisins, devenus amis dans des circonstances qui auraient pu être tragiques.
L'un des plus beaux tours de force du film est sûrement le moment où Michael Faraday (Jeff Bridges) explique les tenants et les aboutissants de la mort de sa femme, alors agent du FBI, à ses élèves.
Si jamais vous deviez être la victime du Fusil de Tchekhov™ à ce moment-là comme je l'ai été, difficile de ne pas appliquer la morale de ce désastre, à ce que ce veuf va finir par vivre lui-même. Brillant !
Tim Robbins & Joan Cusak campent de leur côté un couple particulièrement dérangeant, à la limite du Fantastique. Leurs enfants le leur rendent bien aussi.  
L'apogée du film, très réussie, est paradoxalement là où le bât risque de blesser le plus cruellement la mécanique bien huilé de l'intrigue.
Je me suis en effet demandé où pouvait être l’intérêt d'un groupe terroriste, ou d'un terroriste en mode « loup solitaire », qui ne revendiquerait pas ses actes via un manifeste quelconque (?).
            Reste que ce détail n'en est jamais qu'un, et que « Arlington Road » supporte assez bien cette petite imperfection. Ou du moins qui m'apparaît comme telle.
Si Hope Davis ne démérite pas, c'est clairement le jeu de Robbins, Bridges et Cusak qui porte ce scénario, et nous empêche de trop nous poser de questions.
Notamment sur la machination que semblent révéler quelques plans du film. Et là c'est un peu plus dévastateur que l'absence de revendication.
            Au final, je dirais que « Arlington Road » souffre de trop vouloir en faire. Malin, le scénario tend à vouloir l'être bien trop pour sa propre cohérence.
Tant que nous sommes plongés dedans, ça ne pose pas de problème me semble-t-il. La mécanique est bien huilée comme je l'ai dit, et les acteurs nous hypnotisent suffisamment pour qu'on oublie de s'interroger.
Mais une fois revenu à moi, je n'ai pas pu m’empêcher de me dire qu'un peu plus de modestie n'aurait pas nuit.
            Toutefois « Arlington Road » reste un très très bon film à l'aune de mes propres goûts.
Les personnages sont saisissants d’authenticité, et surtout le scénario est très retors. Le film de Mark Pellington n'est pas non plus qu'une accumulation d'obstacles qu'il faut passer ou éliminer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®