Accéder au contenu principal

L'Anomalie [Michael Rutger / Claire Kreutzberger]

Qui es-tu Michael Marshall Smith ?
             Un brillant nouvelliste et un tout aussi brillant romancier dans les domaines de la Sf et du Fantastique. Deux « Mauvais genres » qu'il transfusera -souvent- d'une bonne dose d'horreur et d'épouvante.
Mais c'est aussi un talentueux auteur de thrillers, sous le nom de Michael Marshall : la trilogie des Hommes de paille.
Et dernièrement, sous celui de Michael Rutger, il signe « L'Anomalie ».
Un roman où, s'il se lance dans un nouveau type de fiction pour lui, le récit d'exploration & d'aventure.
Il n'en oublie pas pour autant ce que ses deux précédents noms de plume avaient en commun : revigorer avec une belle énergie, et parfois un angle très novateur, des thèmes qui en avaient vu d'autre.
            Si à chaque signature correspond grosso modo un domaine romanesque : Sf/Fantastique, thriller et aventure donc, elles partagent (forcément) entre elles des ingrédients communs.
Michael Rutger en est d’ailleurs bien conscient puisqu’il glisse dans les pages de « L'Anomalie » une allusion à la dite trilogie déjà citée.

Aux Frontières de l'Anomalie
             Avec ce premier roman (mais pas le dernier) sous le nom de Michael Rutger, l’auteur orchestre la rencontre de l'esprit Planète, la revue lancée dans le sillage du succès du Matin des magiciens par les mêmes Bergier & Pauwels, et la vogue actuelle des chaînes YouTube™. Rien que la Toile mondiale™ n'ait déjà proposé certes, mais sûrement pas avec une telle imagination.
            Or donc, « Aux Frontières de l'Anomalie » est une émission diffusée sur YouTube™, à laquelle un sponsor propose d'accéder au réseau télévisé.
Ce que l'équipe, composée en partie d’ex-professionnels du grand écran, prend comme une promotion. Et surtout un moyen de survivre une saison supplémentaire.
Une seule condition, qu'un membre de la fondation qui les finance soit partie prenante de l’expédition dans le Grand Canyon sur les traces du chasseur et explorateur G.E. Kincaid.
Sur les traces de Lincoln Child et de Michael Crichton
            Avant d’aller plus loin, je voudrais tirer mon chapeau à la traductrice, Claire Kreutzberger, qui a eu la bonne idée de transformer le titre original de l’émission The Anomaly Files en un très explicite « Aux Frontières de l'Anomalie ».
En plus d'être terriblement évocateur, ce rappel avec la célèbre série télévisée de Chris Carter n'a rien de gratuit. Vous remarquerez d'ailleurs, que Michael Rutger tente de solliciter les mêmes méninges de son côté de l'Atlantique.
Mais ce que je salue c’est surtout, la volonté de traduire/adapter en française plutôt que de se contenter d’un The Anomaly Files, qui aurait été par ailleurs tout aussi compréhensible pour ceux à même de saisir l'allusion.
            En ce qui concerne ce qui attend les lecteurs et les lectrices potentiellement intéressées par ce roman, l’addition des indices que j’ai plantés (la revue Planète, l’allusion au duo Mulder & Scully, G.E. Kincaid, et en dernier lieu les noms de Lincoln Child et Michael Crichton) donnent une image certes encore un peu floue mais qui ne trompera pas les amateurs de littérature d'évasion.
            Pour les autres j'ajouterai que Michael Rutger est de ces écrivains qui savent injecter bien plus d’adrénaline littéraire qu’on ne peut généralement en supporter.
Ajoutez-y un ton parfois caustique , et un goût affirmer pour l’horreur  ; et le résultat ressemblera sûrement à « L'Anomalie ».
            Un roman disponible au prix de 9,99 euros dans sa version numérique, aux éditions Bragelonne©.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®