Accéder au contenu principal

Southern Bastards [Jason Aaron / Jason Latour]

L’étiquette « Country noir » englobe désormais, depuis Daniel Woodrell pour le dire vite (son roman Faites-nous la bise en avait fait son sous-titre), un genre qui lui préexiste largement. 

William Faulkner, Charles Williams, Flannery O'Connor, Cormac McCarthy, pour ne citer qu'une poignée des signatures étasuniennes, s'y illustreront, tout en le façonnant. Toutefois, dès 1929, Marcel Aymé donnait une version du genre, toute aussi réussie avec La table-aux-crevés, qu'on pourrait adapter en un « Rural noir » plus hexagonal.

            Ce sous-genre de la littérature policière donc, fédère un corpus d'histoires qui se déroulent essentiellement dans le milieu rural, voire forestier, mais aux tonalités bien différentes selon qu'on est plutôt dans le « Backwoods noir » à la Charles Williams, le roman sudiste gothique façon Harry Crews, ou celui des grands espaces du shérif Walt Longmire, par exemple. 

Concomitant, aux U.S.A, du développement du roman hard-boiled, le « Country noir » partage donc avec lui plusieurs traits de caractère, en plus de ses propres spécificités.

            Pour ce qui concerne la bande dessinée,  « Southern Bastards », dont il est ici question, et que je rattache au genre, nous avons les ingrédients suivants : un milieu reculé, la loi du silence, des problématiques familiales, des liens étroits entre les personnages. Ainsi que l'image déformée d'un imaginaire collectif fort, presque une mythologie, le football (américain). Cette description ne peut cependant pas faire l'impasse sur ce qu'on appelle communément le « poor white trash », et qui qualifie la catégorie des blancs pauvres. Au départ, plus particulièrement ceux du Sud des États-Unis

Le « white trash » est depuis devenu une catégorie, symboliquement, équivalente à minorité raciale, et donc à un déclassement social. Et en ce qui nous concerne ici, un d'archétype (stéréotype) perçu comme dangereux.

Je n'oublierai pas de citer non plus une figure encore plus controversée, celle dite du « magical negro », qui s'incarne sous les traits de Big.

Or donc le « Country noir » c'est, pour le dire à la manière d'André Malraux, l'intrusion de la tragédie grecque dans l'Amérique profonde. 

            « Southern Bastards », série dont le titre est particulièrement évocateur, fait montre de suffisamment d’habileté pour titiller la curiosité durant les quatre tomes traduits par Benjamin Rivière, et commercialisé en France par Urban Comics™. Une habileté qui ne masque toutefois pas entièrement un manque de moyens évidents. 

En effet Jason Aaron peine à faire de la plupart des personnage secondaire autre chose que des figurants de luxe. Soucieux de développer la population de Craw, il amène toute une théorie de protagonistes, qu'il néglige (plus ou moins) ensuite. Si « Southern Bastards » est structurellement un récit capable d'enquiller autant d'histoires qu'il y a de personnages, son scénariste ne sait visiblement en raconter qu'une seule à la fois. Bien sûr il est possible de se rattraper ensuite, mais l'impression qu'il manque quelque chose est un sentiment qui persiste. Et qui s'amplifie dès lors qu'un personnage capte notre attention pour disparaître aussi vite qu'il est apparu.

L'exemple de Big, pourtant très présent, qui ne sort jamais du cliché dont il est la simpliste expression, son seul but semble être d'aider Coach, est particulièrement parlant.

            Mais, malgré ou peut-être en partie à cause de ses faiblesses, « Southern Bastards » aura été une lecture intéressante, et captivante. Le personnage principal est suffisamment tordu, et le scénariste manipulateur, pour capter l'attention et attiser la curiosité. Riche de ce que le « Country noir » peut proposer, cette série (pour l'instant en stand-by, et les problème de Jason Latour, son dessinateur ne font rien pour arranger les choses) bénéficie encore de l'exotisme d'un genre qu'on distribue en contrebande.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®