Accéder au contenu principal

La Controverse de Zara XXIII [John Scalzi/Mikael Cabon]

•••• La Controverse de Zara XXIII, c'est l'application d'un improbable algorithme créatif : E.R. Burroughs + John Grisham ; dont le résultat ne laisse pas de surprendre. 

Figure fondatrice du Planet Opera, E.R. Burroughs est aussi l'un des plus fervents promoteurs des « races perdues ». Notamment grâce à son sourcier le plus célèbre, j'ai nommé Tarzan !
Inutile je crois, de présenter John Grisham ; le roi du thriller judiciaire. Le roman de John Scalzi, traduit par Mikael Cabon, pourrait être, ce qu'il est par ailleurs, la synthèse des thèmes que j'ai évoqués. S'il n'était surtout le reboot d'un roman publié en 1962 sous le titre de Les Hommes de poche (Little Fuzzy), écrit par Henry Beam Piper. 
Oui un reboot ; vous avez bien lu. Comme celui qu'a fait J.J. Abrams avec le film Star Trek, de l'aveu même de Scalzi. Surprenant n'est-il pas !?

       John Scalzi découvre le roman de H.B. Piper lorsqu'il a 14 ans, « l'Âge d'or » comme dirait l'autre*. Plusieurs années plus tard, alors qu'il est dans une longue & laborieuse négociation pour la publication d'une série, il décide -pour le plaisir- et parce que ça n'a jamais été fait auparavant, de réécrire Les Hommes de poche. Une idée qui lui trotte dans la tête depuis déjà quelque temps.
Six semaines plus tard, et 2000 mots/jour, il en parle à son agent, qui lui demandait sur quel projet il était en train de travailler.

Son agent, dont c'est par ailleurs le travail, lui propose alors de prendre contact avec les ayants droit de Piper, afin d'envisager une publication. Même si Little Fuzy (mais pas ses suites) est dans le domaine public.

•••• Or donc, La Controverse de Zara XXIII (alias Fuzzy Nation en V.O), un titre qui comme on le voit n'est pas une traduction, mais plutôt un clin d’œil à une très célèbre controverse (et qui n'a sûrement pas été choisi par hasard), est un roman made in Scalzi. Quand bien même est-il un reboot.

On y retrouve ainsi son ambition de distraire ses lecteurs, une bonne dose d'humour, le sens du rythme. Et un souci du détail qui fait qu'on a jamais l'impression qu'il force les situations. Chaque élément apporte quelque chose à l'intrigue, laquelle est une mécanique de précision. Sans hiatus ni deus ex machina providentiel.
Si John Scalzi reprend les personnages de Piper et les bases de son histoire, il écrit néanmoins une science-fiction d'aujourd'hui. Et en bon moraliste qu'il est, il y développe plusieurs thèmes contemporains, qui lui tiennent à cœur.    

       La Controverse de Zara XXIII est en définitive un très chouette roman, très agréable à lire, surprenant et haletant. L'un de ceux que l'on est content d'avoir lu, et encore plus heureux d'offrir.  

Encore un roman nommé au Challenge Summer Short Stories of SFFF – saison4 !


____________
* Selon Philip K. Dick, l'Âge d'or c'est quand on a 14 ans !

Commentaires

  1. Je partage ton ressenti, du bon gros divertissement intelligent.
    Cet auteur a le chic pour nous entrainer avec lui dans ses aventures. Il n'invente pas la poudre, mais à le sens de l'histoire très poussée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.