Accéder au contenu principal

La Controverse de Zara XXIII [John Scalzi/Mikael Cabon]

•••• La Controverse de Zara XXIII, c'est l'application d'un improbable algorithme créatif : E.R. Burroughs + John Grisham ; dont le résultat ne laisse pas de surprendre. 

Figure fondatrice du Planet Opera, E.R. Burroughs est aussi l'un des plus fervents promoteurs des « races perdues ». Notamment grâce à son sourcier le plus célèbre, j'ai nommé Tarzan !
Inutile je crois, de présenter John Grisham ; le roi du thriller judiciaire. Le roman de John Scalzi, traduit par Mikael Cabon, pourrait être, ce qu'il est par ailleurs, la synthèse des thèmes que j'ai évoqués. S'il n'était surtout le reboot d'un roman publié en 1962 sous le titre de Les Hommes de poche (Little Fuzzy), écrit par Henry Beam Piper. 
Oui un reboot ; vous avez bien lu. Comme celui qu'a fait J.J. Abrams avec le film Star Trek, de l'aveu même de Scalzi. Surprenant n'est-il pas !?

       John Scalzi découvre le roman de H.B. Piper lorsqu'il a 14 ans, « l'Âge d'or » comme dirait l'autre*. Plusieurs années plus tard, alors qu'il est dans une longue & laborieuse négociation pour la publication d'une série, il décide -pour le plaisir- et parce que ça n'a jamais été fait auparavant, de réécrire Les Hommes de poche. Une idée qui lui trotte dans la tête depuis déjà quelque temps.
Six semaines plus tard, et 2000 mots/jour, il en parle à son agent, qui lui demandait sur quel projet il était en train de travailler.

Son agent, dont c'est par ailleurs le travail, lui propose alors de prendre contact avec les ayants droit de Piper, afin d'envisager une publication. Même si Little Fuzy (mais pas ses suites) est dans le domaine public.

•••• Or donc, La Controverse de Zara XXIII (alias Fuzzy Nation en V.O), un titre qui comme on le voit n'est pas une traduction, mais plutôt un clin d’œil à une très célèbre controverse (et qui n'a sûrement pas été choisi par hasard), est un roman made in Scalzi. Quand bien même est-il un reboot.

On y retrouve ainsi son ambition de distraire ses lecteurs, une bonne dose d'humour, le sens du rythme. Et un souci du détail qui fait qu'on a jamais l'impression qu'il force les situations. Chaque élément apporte quelque chose à l'intrigue, laquelle est une mécanique de précision. Sans hiatus ni deus ex machina providentiel.
Si John Scalzi reprend les personnages de Piper et les bases de son histoire, il écrit néanmoins une science-fiction d'aujourd'hui. Et en bon moraliste qu'il est, il y développe plusieurs thèmes contemporains, qui lui tiennent à cœur.    

       La Controverse de Zara XXIII est en définitive un très chouette roman, très agréable à lire, surprenant et haletant. L'un de ceux que l'on est content d'avoir lu, et encore plus heureux d'offrir.  

Encore un roman nommé au Challenge Summer Short Stories of SFFF – saison4 !


____________
* Selon Philip K. Dick, l'Âge d'or c'est quand on a 14 ans !

Commentaires

  1. Je partage ton ressenti, du bon gros divertissement intelligent.
    Cet auteur a le chic pour nous entrainer avec lui dans ses aventures. Il n'invente pas la poudre, mais à le sens de l'histoire très poussée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …