Accéder au contenu principal

Killraven [Alan Davis]

Killraven (sous-titré Warrior of the Worlds) est une série de science-fiction proposée par l'éditeur Marvel en 1973 dans les pages d'Amazing Adventures
       Le début des années soixante-dix est une période sombre pour les U.S.A. : scandale du Watergate et retrait des troupes américaines du Vietnam. Une guerre qui par ailleurs exacerbe les passions et la mobilisation : outre la contestation pacifique, des attentats sur le sol étasunien (Le Weather Underground) et des immolations en réaction à la participation américaine voient le jour.
C'est dans ce climat délétère que Killraven cristallise la "rencontre" de Spartacus et de La Guerre des Mondes (de l'écrivain H.G. Wells) dans un futur proche (encore plus proche aujourd'hui).

"On est ce que l'on fait de ce que les autres ont voulu faire de nous"
J-P Sartre 
La vie éditoriale de Killraven a connu bien des soubresauts, et le personnage n'a pas acquis suffisamment de reconnaissance pour devenir une valeur sûre de la Maison des Idées (Cf. l'article de Gy Macquard dans le n°3 de SCARCE).

       Cependant en 2002, Alan Davis propose une mini-série, en six numéros, consacrée au Spartacus marvelien, toujours en lutte face aux Martiens
À la fois scénariste & dessinateur Davis assisté de Mark Farmer à l'encrage, de Gregory Wright à la colorisation et de Pat Prentice au lettrage, livre une somptueuse aventure qui a entre autre le mérite de pouvoir se lire sans qu'il soit besoin de connaître les publications antérieures consacrées au personnage. 
   
À l'instar du gladiateur Thrace face à Rome, Killraven avec une poignée d'hommes et de femmes tient tête aux puissants Martiens qui cette fois-ci ont réussi la conquête de la planète bleue. Du reste ces Martiens semblent entretenir avec la Rome antiques des similitudes plus que probantes sur le terrain de l'impérialisme, des guerres de conquête ou encore des jeux. 

Un homme ça s'empêche
Lucien Camus    

       Alan Davis soigne à la fois son dessin et son histoire, rien n'est laissé au hasard ; mise en page soignée et limpide à la narration impeccable, rebondissements inattendus et belle caractérisation des personnages. On cherchera en vain des défauts à ce Killraven post-11 septembre.
Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres
E. de La Boétie

Mais la plus belle réussite d'Alan Davis est sans aucun doute la personnalité de Killraven, un personnage surdéterminé par son enfance et sa vie de gladiateur qui réussi à faire de lui ce que les autres ont voulu en faire. Contre toute attente il déjoue les prévisions de ses ennemis en incarnant l'héritage qu'a laissé Lucien Camus à son fils.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…