mercredi 25 janvier 2012

Captain America (2011)

21 ans après le Captain America d'Albert Pyuns, Joe Johnston propose une nouvelle version cinéma de la création de Jack Kirby & Joe Simon. 
Steve Rogers est un jeune homme chétif et malingre qui désir s'engager dans les rangs de l'armée américaine pour se battre en Europe, mais sa constitution fragile l'en empêche. Jusqu'à ce qu'il rencontre le docteur Erskine, l'inventeur d'un sérum .... 
Si la Seconde Guerre mondiale a, d'une certaine manière, enfanté un super-soldat connu sous le nom de Captain America on aura remarqué une certaine similitude avec un prédécesseur (peut-être moins connu de ce côté-ci de l'Atlantique) : Hugo Danner.
Gladiator par Philip Wylie

Comme Steve Rogers Hugo Danner a vu ses capacités musculaires augmentées de façon considérable grâce à un sérum ; dans son cas il a été administré à sa mère alors qu'elle était enceinte. Comme Captain America Hugo Danner participera à un conflit mondial, dans son cas la Première Guerre mondiale. 
Toutefois Danner a une capacité qui semble le différencier de Captain America, et le rapprocher de Superman : sa peau est pare-balle. Mais cette différence s’efface dés lors que l'on se souvient du bouclier du super-soldat américain. CQFD.
... Or donc cette nouvelle adaptation d'un comics tient plutôt bien la route ; même si pour ma part j'ai trouvé la première heure nettement plus réussie que celle où Rogers devient vraiment Captain América. Les combats sont menés au pas de charge (normal me direz-vous vu le contexte, certes), et pas très bien chorégraphiés ; mais rien de rédhibitoire non plus.

Reste un divertissement de qualité qui ne trahit pas le matériau de base, et c'est déjà ça vu les temps qui courent. 



... En supplément à ma critique permettez-moi de vous proposer un petit récapitulatif de la carrière du héros américain :
CBR:
https://rapidshare.com/files/3408223855/Cpt_A_616.cbr Merci à Hikaru & à Ozy
Et un article paru dans le numéro 856 de Courrier International en mars 2007 au sujet d'un évènement qui avait alors frappé Captain America .... 



2 commentaires:

  1. A souligner aussi, la qualité du générique final qui reprend et anime des affiches de propagande de la 2e Guerre mondiale (et le fameux Uncle SAm de Montgomery Flagg, I want you for the US Army, qui date de la 1ère Guerre mondiale.)

    RépondreSupprimer
  2. absolument zaitchick, sinon je suis du meme avis qu' artemus, le début génial, la fin donne envie, mais les missions au milieu, bof

    RépondreSupprimer