Accéder au contenu principal

Captain America 1990



... Si le film d'Albert Pyun  prend pas mal de liberté avec la BD, d'un autre côté il ne fait que reproduire le pli des réécritures successives qui ont transformé les origines originales de Captain America au fil du temps dans son domaine de prédilection, cela reste dans le domaine de l'acceptable. Ainsi le scénario emprunte-t-il ici le biais de faire du Projet Renaissance une conséquence de la création de Crâne Rouge, pourquoi pas.

Avengers n° 5 juin 1997
Une première partie d'une durée approximative de 30 minutes se laisse regarder avec plaisir ; on assiste à la création de Crâne Rouge, à celle de Captain America et à une première rencontre entre les deux ennemis.



..... Et Captain America devient Captain Igloo.



Et nous entrons dans un long tunnel d'une cinquantaine de minutes avant de voir réapparaitre le super-soldat dans son costume (au demeurant fort réussi). Cinquante minutes qui sonnent le glas de ma suspension d'incrédulité en même temps que le film bascule dans le porno.

Même ce chouette masque disparaitra du film


Du moins l'un des aspects du porno, le moins intéressant oserais-je dire, celui qui diffère toujours l'action, qui ressemble à un guide touristique de ruelles dépeuplées, de campagne ensoleillée tout aussi déserte, bref d'ennui profond. Et lorsque Steve Rogers rendosse sa tenue tricolore c'est peine perdu.

Tout cela est d'autant plus fâcheux que l'acteur incarnant le super-héros est physiquement pas mal ressemblant à l'idée que j'ai de Steve Rogers, le costume et le masque de Crâne Rouge sont réussis, les trente premières minutes sont pas mal, bref de quoi faire un bon petit film. Dommage !

Commentaires

  1. Tu as mis le doigt sur le seul vrai gros problème de ce film : de nos jours, on a beau jeu de se moquer de la combinaison en latex et du bouclier en plastique du bon captain, mais ce qui pose réellement problème et rappelle que c'est une série B ne pouvant prétendre qu'à une sortie vidéo en France à l'époque, c'est bel et bien cette longue baisse de rythme pendant le milieu du film.

    Ce qui me rappelle que je n'ai jamais vu les téléfilms Captain America avec Reb Brown et qu'il serait temps que je répare cet oubli : tout le monde dit que c'est de la daube, mais si ça se trouve, au moins, on ne s'ennuie pas en les regardant.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®