Accéder au contenu principal

Le passager de la pluie



... La vie, et je ne parle pas du souffle vital qui nous anime mais de la fiction que construit notre cerveau pour maintenir sa structure dans un monde trop chaotique pour un être humain (Cf. Amadeus Cho) , la vie disais-je est bien plus fragile qu'un château de sable. Imaginez alors, lorsque ce fragile édifice est visité par un passager de la pluie.

C'est cette expérience que va vivre Mélancolie Mau (dit Méli).



Si Sébastien Japrisot & René Clément nous invitent à suivre les vicissitudes de leur héroïne sous les influences de Lewis Carroll, il n'en demeure pas moins que Méli va aussi connaître la tétralogie de l'action telle que définie par Henri Laborit :

- Un comportement de consommation.
- Un comportement d'inhibition.
- Un comportement de fuite.
- Un comportement de lutte

Cependant Le passager de la pluie n'est pas le compte rendu d'une expérience de laboratoire, l'introduction d'un grain de sable (ou facteur X) en la personne d'Harry Dobbs va changer la donne. 

... Harry Dobbs, véritable personnification du trickster va briser la causalité narrative et promener la belle Mélancolie sur la scène d'un théâtre onirique, dont la  pierre angulaire est la mémoire. Et si  Henri Laborit a pu écrire qu'un être vivant est presque une mémoire qui agit,  Mélancolie en est la radieuse incarnation : car à l'instar de son agresseur des souvenirs cachés vont refaire surface.


Le charisme de la jeune femme, et son sex-appeal nimbé d'une naïveté touchante fait mouche et captive le spectateur sans coup férir.
Le duo qu'elle forme à son corps défendant avec Harry Dobbs, parfait mariage alchimique magnétise le public aussi surement qu'un serpentin Baygon capture les mouches.

Si Mélancolie Mau semble être le jouet d'une situation qui la dépasse (?), le spectateur est lui aussi immergé dans un  univers certes angoissant mais aussi et surtout  ludique dont la stabilité des repères est pour le moins évanescent. 


Construction audacieuse le scénario n'hésite pas à jouer la carte postmoderne ; à savoir un questionnement ontologique, mais aussi un "recyclage de formes préexistantes" (Cf. le patronyme du passager de la pluie par exemple) pour un résultat plus grand que la somme des parties qui le composent .... 

À vous de juger si l'adage se vérifie ... "Après la pluie, le beau temps".

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®