Accéder au contenu principal

Midnight Meat Train


... Je ne suis guère amateur de films d'horreur où la violence physique est trop sanglante, ou trop explicite ; c'est dire si un titre tel que Midnight Meat Train n'avait rien d'engageant pour moi. Hormis le nom de Clive Barker qui en était l'inspiration, au travers de sa nouvelle traduite en français sous le titre de Le Train de l'abattoir. Tout un programme. 

Le Train de l'Abattoir (extrait) Clive Barker - Traduction Jean Daniel Brèque

... Léon Kauffman est un photographe dont le sujet de prédilection est la Ville,  dans ce qu'elle peut produire de plus sombre, dans ses aspects les plus dérangeants. Alors qu'une opportunité de percer dans le monde de l'art apparaît, un personnage qu'il a photographié devient pour lui une véritable obsession.


... Midnight Meat Train n'épargne pas le spectateur, les scènes se déroulant dans ce métro de minuit sont sans équivoques, heureusement pour moi le réalisateur Ryuhei Kitamura nous offre plusieurs idées de mise en scène des mises à mort de noctambules métropolitains qui les déréalisent (un peu), et leur donne une dimension humoristique. Cela reste toutefois bien nauséeux, peut-être plus encore lorsque les pièces sont pendues telles des carcasses de bœuf.
L'ambiance, l'interprétation m'ont captivé malgré mon peu d'entrain pour le gore, c'est dire. Et la mise en scène  ; notamment une sobriété  dans les effets qui pour spectaculaires qu'ils soient  ne sont pas sur-exposés, il en va de même avec des situations moins frappantes : ainsi si des indices apparaissent à l'écran sur les implications de tel ou tel personnage dans les meurtres Ryuhei Kitamura nous épargne le zoom de circonstance pour spectateurs à l'attention flottante. 


Mad Movies n° 221

Si je ne souscris pas entièrement à l'avis de la revue Mad Movies c'est essentiellement pour une question de durée, pour ma part j'ai trouvé le film un poil trop long (oui je coupe les cheveux en quatre, et alors !). D'autant que le lecteur des histoires de Clive Barker comprend assez tôt la destination du métro. 

Péché véniel cependant, qui ne doit pas vous empêcher de faire une derniére virée en métro, c'est pour la bonne cause.         

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.