Accéder au contenu principal

Superman True Brit

... Et si le père de Kal-El avait décidé de sauver son fils en l'envoyant certes sur Terre mais en choisissant précisément l'Empire Britannique comme lieu d'atterrissage ....
C'est cette histoire que nous racontent Kim Jonston & John Cleese au scénario, et John Byrne & Mark Farmer au dessin. Une version vous l'avez d'ores et déjà compris , humoristique de l'arrivée et des premiers pas de Superman sur notre planète.

C'est grosso modo l'histoire que l'on connait : découvert par un couple de fermiers les Clark, Colin (alias Superman) va devenir journaliste mais, Angleterre oblige ce n'est pas au sein d'un prestigieux journal  qu'il va s'épanouir mais en travaillant pour un tabloïd.

Si l'humour fait mouche au début de l'histoire, sur un peu plus de 90 pages j'ai sérieusement accusé le coup. La description des pratiques de la presse à scandales sur presque autant de pages devient aussi ennuyeux que leurs sommaires, et je me demande encore l'intérêt de la cousine de Louisa, sans parler des déplacements incessants des parents adoptifs de Superman ....


Reste des situations qui m'ont vraiment fait rire, mais justement, je pense que sur de courtes (voire très courtes) histoires j'aurais été un bien meilleur client.

Côté artistique Byrne & Farmer m'ont comblé, c'est dynamique, lisible, les personnages sont très expressifs, des décors soignés, bref du tout bon. 

Commentaires

  1. Je crains bien que le nom de John Cleese employé pour ce GN ne relève un brin de l'abus d'étiquette. Apparemment, le scénario est basé sur une simple idée de Cleese ("Et si Superman était tombé en Angleterre?", sans doute), peut-être développée en partie par Kim "Howard" Johnson, le biographe plus ou moins officiel des Python, mais apparemment, c'est surtout John Byrne qui s'est retroussé les manches en décidant qu'il allait rendre tout ça désopilant.

    Et là, rien ne va plus...

    Ce qui explique pourquoi tous les gags donnent une vision d'opérette de l'Angleterre — que Byrne connaît hyper bien, vu qu'il y a vécu les huit premières années de sa vie (^_____^) — et pourquoi l'humour de l'histoire s'essouffle au bout de deux ou trois pages.

    Je crains bien que les termes "John Byrne" et "comique" ne soient guère miscibles, surtout quand le premier est censé produire l'autre...

    RépondreSupprimer
  2. "John Byrne" et "comique" et "involontaire" s'associent mieux - mais "risible" me convient.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®