Accéder au contenu principal

L'Agence Tous Risques


... Hannibal Smith est-il un adepte du dessein intelligent ?
Toujours est-il qu'il croit dur comme fer qu'il y a un Plan, qu'il y a toujours un Plan ! Enfin surtout le sein ...

L'Agence Tous Risques est de retour sur le grand écran pour une nouvelle aventure, qui d'ailleurs est brièvement évoquée dans le premier épisode de la série télévisée (Rio Bianco 1983).



Ces spécialistes de l'improbable vont avoir fort à faire pour se sortir du pétrin suite à une opération secrète menée au Moyen-Orient .. mais je ne vous en dirai pas plus. Sachez toutefois que l'on sous-estime trop souvent l'échec.


... Si Inception est une transposition réussie de la série Mission : Impossible, et The Expendables un remake (inavoué) raté de L'Agence Tous Risques n'oublions pas que l'eau prend toujours la forme du vase, ce qui nous donne heureusement une version cinématographique totalement avouée et plutôt réussie de ladite Agence    


Ce qui saute aux yeux dans cette version c'est l'esprit de groupe qui transparait à l'écran ; il n'échappera par ailleurs à personne que les membres de cette unité militaire sont quatre comme les trois mousquetaires. Des mousquetaires à la joie de vivre communicative, autre point qui rend ce film  définitivement sympathique.
Ensuite, dans le rayon des réussites il y a la foultitudes d'ingénieuses idées que contient cette équipée ; telles que la scène de cinéma 3D ou encore la manière qu'utilise les gars de L'A-TEAM pour sauver leur peau après que l'avion dans lequel il se trouvaient explose. Des situations tellement barrées qu'elles font  presque passer Murdock (alias Looping) pour un type "normal".


Si Hannibal aime qu'un plan se déroule sans accroc il n'en demeure pas moins que la reprise par Joe Carnahan du concept télévisée n'en est pas exempt. 
Si les plans pyrotechniques sont fastueux et les scènes d'actions spectaculaires & nombreuses, ces dernières souffrent d'un enchaînement de plans trop rapide pour mon cerveau, auquel s'ajoute des séquences filmées caméra à l'épaule et vous comprendrez que la lisibilité explose méchamment ce qui a pour conséquence de me court-circuiter un petit peu le plaisir. 

Joli clin d'œil à la société Blackwater
Nonobstant, L'Agence Tous Risque version 21ième siècle s'acquitte de sa mission avec brio et panache: divertir son public.
Une équipe en tout cas que j'aurais beaucoup de plaisir à retrouver sur le grand écran le cas échéant pour de nouvelles aventures.

En attendant permettez moi de vous inviter à lire une aventure en bande dessinée de l'équipe originelle sous une couverture de Ciro Tota.


I love it when a plan comes together !

Commentaires

  1. Panache et Brio... C'est quels membres de l'équipe ? ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas vu cette adaptation de l'Agence tous Risques mais celle du comic The Losers (par Diggle et Jock), au thème très proche (une équipe de mercenaires trahis par la CIA et qui cherche à prendre sa revanche). Très proche, voire beaucoup trop proche, puisque ça a coûté une exploitation en salles à The Losers en France au profit de Barracuda, Hannibal, Looping et Futé...
    En tout cas j'ai plutôt apprécié l'adaptation des Losers, j'essaierai de voir celle de l'A-Team aussi histoire de comparer.

    RépondreSupprimer
  3. Après avoir vu l'Agence Tous Risques je me suis replongé dans The Losers (la BD) dont je n'avais lu que le premier tome paru chez SEMIC.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®