Accéder au contenu principal

Dark Reign Œil-de-Faucon

... Ça commence comme une histoire de super-héros, évidemment me direz-vous, cependant vous anticipez, du fait même de ma précision d'un changement de contexte. C'est pas faux.
Or donc, Dark Reign Œil-de-Faucon s'inscrit dans l'univers Dark Reign qui est le "nouvel univers Marvel" du moins au début de l'année 2010. Dark Reign semble être le concept des Thunderbolts  imaginé par Busiek & Bagley à la fin des années 90 où une équipe de super-vilains se faisaient passer pour des super-héros, un concept ici à la "puissance 10".


On apprend donc dans cette histoire que le S.H.I.E.L.D, l'organisation para-militaire de l'univers Marvel a été dissoute pour laisser place au H.A.M.M.E.R, organisation commandée par Norman Osborn, l'homme  qui je vous le rappelle est en partie responsable de la mort de Gwen Stacy, le premier amour de Peter Parker (alias Spiderman). Ouais, c'est Dark Reign pas Oui-oui au Pays des Jouets, faisez pas les innocents. Ce même Osborn est aussi le chef des Vengeurs.

... Cette histoire s'intéresse principalement à Œil-de-Faucon, ou plutôt à celui qui se cache sous son masque, et ça démarre plutôt bien, jugez plutôt :

Un journaliste s'intéresse au dessous des affaires d'Osborne, un journaliste intrépide qui se voit confier par une source anonyme des éléments susceptibles de mettre à mal les manigances du patron du H.A.M.M.E.R (vous aurez remarquez en passant la symbolique de  l'acronyme de la nouvelle organisation par rapport à la précédente : le  marteau  (hammer) / le bouclier (shield)). Parallèlement Œil-de-Faucon semble l'objet d'une cabale au moment où ses relations avec Osborn deviennent extrêmement tendues du fait de ses penchants de tueur psychopathe. Les penchants d'Oeil-de-Faucon, Norman lui se soigne.


Un scénario, genre Watergate dans une Amérique sous l'emprise d'un super-vilain qui provoque un joli un plaisir de lecture durant quatre épisode . Je dis ça mais je suis un bon client lorsqu'il s'agit de mélanger les "genres", je n'aime rien de plus qu'une esthétique de la fusion pour reprendre une expression de Francis Valéry. Mais revenons à nos moutons, ....reste la conclusion qui m'a semblé certes sympathique, mais très loin de ce que à quoi je m'attendais. Ce dernier épisode m'a donné l'impression de vouloir en terminer rapidement avec ce qui avait été patiemment construit. Dommage



En lisant la 3ième de couverture, si d'aventure vous vous embarquez dans ce Marvel Heroes Extra n°3, vous apprendrez qu'il y a eu un délai de six mois entre le quatrième et le cinquième épisode. Cela explique-t-il cette fin abrupte qui d'ailleurs n'existe peut-être que dans mon esprit ?  

Une question qui s'ajoute à celles de cette mini série restées sans réponse.

Commentaires

  1. tu n' as pas précisé que c' était le tireur ( ennemi juré de daredevil ) qui officiait à la place de clint barton chez les dark avengers, oubli ? ou est-ce du au fait que tu ne suis plus beaucoup les séries marvel?

    RépondreSupprimer
  2. Disons que j'essayai de garder un peu de mystère autour de l'histoire [-_ô], pour ceux qui ne l'auraient pas (encore)lue.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®