Accéder au contenu principal

Dark Reign Œil-de-Faucon

... Ça commence comme une histoire de super-héros, évidemment me direz-vous, cependant vous anticipez, du fait même de ma précision d'un changement de contexte. C'est pas faux.
Or donc, Dark Reign Œil-de-Faucon s'inscrit dans l'univers Dark Reign qui est le "nouvel univers Marvel" du moins au début de l'année 2010. Dark Reign semble être le concept des Thunderbolts  imaginé par Busiek & Bagley à la fin des années 90 où une équipe de super-vilains se faisaient passer pour des super-héros, un concept ici à la "puissance 10".


On apprend donc dans cette histoire que le S.H.I.E.L.D, l'organisation para-militaire de l'univers Marvel a été dissoute pour laisser place au H.A.M.M.E.R, organisation commandée par Norman Osborn, l'homme  qui je vous le rappelle est en partie responsable de la mort de Gwen Stacy, le premier amour de Peter Parker (alias Spiderman). Ouais, c'est Dark Reign pas Oui-oui au Pays des Jouets, faisez pas les innocents. Ce même Osborn est aussi le chef des Vengeurs.

... Cette histoire s'intéresse principalement à Œil-de-Faucon, ou plutôt à celui qui se cache sous son masque, et ça démarre plutôt bien, jugez plutôt :

Un journaliste s'intéresse au dessous des affaires d'Osborne, un journaliste intrépide qui se voit confier par une source anonyme des éléments susceptibles de mettre à mal les manigances du patron du H.A.M.M.E.R (vous aurez remarquez en passant la symbolique de  l'acronyme de la nouvelle organisation par rapport à la précédente : le  marteau  (hammer) / le bouclier (shield)). Parallèlement Œil-de-Faucon semble l'objet d'une cabale au moment où ses relations avec Osborn deviennent extrêmement tendues du fait de ses penchants de tueur psychopathe. Les penchants d'Oeil-de-Faucon, Norman lui se soigne.


Un scénario, genre Watergate dans une Amérique sous l'emprise d'un super-vilain qui provoque un joli un plaisir de lecture durant quatre épisode . Je dis ça mais je suis un bon client lorsqu'il s'agit de mélanger les "genres", je n'aime rien de plus qu'une esthétique de la fusion pour reprendre une expression de Francis Valéry. Mais revenons à nos moutons, ....reste la conclusion qui m'a semblé certes sympathique, mais très loin de ce que à quoi je m'attendais. Ce dernier épisode m'a donné l'impression de vouloir en terminer rapidement avec ce qui avait été patiemment construit. Dommage



En lisant la 3ième de couverture, si d'aventure vous vous embarquez dans ce Marvel Heroes Extra n°3, vous apprendrez qu'il y a eu un délai de six mois entre le quatrième et le cinquième épisode. Cela explique-t-il cette fin abrupte qui d'ailleurs n'existe peut-être que dans mon esprit ?  

Une question qui s'ajoute à celles de cette mini série restées sans réponse.

Commentaires

  1. tu n' as pas précisé que c' était le tireur ( ennemi juré de daredevil ) qui officiait à la place de clint barton chez les dark avengers, oubli ? ou est-ce du au fait que tu ne suis plus beaucoup les séries marvel?

    RépondreSupprimer
  2. Disons que j'essayai de garder un peu de mystère autour de l'histoire [-_ô], pour ceux qui ne l'auraient pas (encore)lue.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…