Accéder au contenu principal

Shazam par Kirby & Simon

News-Chronicle du 21/07/1974 Conejo Valley

Posté par Manticore
Un détail amusant: il semble bien que le numéro de Whiz Comics dans lequel est apparu Captain Marvel ait été dessiné par un studio recruté pour la tâche, comme cela était courant à l'époque. Et que ce studio ait été celui de Simon et Kirby, qui durent rendre le travail en accéléré. Kirby a donc participé à la conception et se retrouve ainsi à la genèse d'un des héros best seller du domaine étasunien de plus.
... Dans son ouvrage The Golden Age of the World's Mightiest Mortal Chip Kidd apporte un élément de réponse au sujet de la participation de Jack Kiby et de Joe Simon à l'aventure de Captain Marvel, celui de Fawcett Comics.

D'aucuns avançaient même que Jack Kirby aurait pu avoir une part très active dans la création du personnage.

... Les deux auteurs nous apprend Kidd, ont été engagés pour écrire et dessiner quatre histoires pour le Captain Marvel Adventutres n° 1 (printemps 1941).
La légende veut que Kirby & Simon n'aient eu que deux semaines pour écrire et dessiner ces quatre histoires et, durant cette même période ils ont inventé le personnage de Captain America : Simon and Kirby accepted the challenge, renting a hotel room to works on the Captains : America by day and Marvel by night. [ô_ô]


Pour le plaisir, la première histoire de ce numéro est ici ....

Commentaires

  1. Simon et Kirby auraient donc participé au lancement du Grand Fromage Rouge ? °_0
    Décidément, sans Kirby, on se demande ce qu'aurait été le comic book !

    RépondreSupprimer
  2. Les interventions (ponctuelles) de Simon et Kirby sur Captain Marvel ont été publiées dans le journal "Captain Marvel Adventures" n° 1 du premier trimestre de 1941, et non dans le journal "Whiz Comics" où C.C. Beck et Bill Parker créèrent le super-héros dès février 1940. Rendons à César ce qui est à César.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, c'est ce qu'il a d'écrit dans le billet que j'ai rédigé ; non !?

      Supprimer
    2. Oui, bien sûr, mais je répondais à Zaïtchick... Et en introduction (par Manticore), on a l'impression que Simon et Kirby sont à l'origine du personnage... Il s'agissait de résoudre certaines ambigüités.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®