Accéder au contenu principal

Les derniers jours d'Animal Man

... Ces derniers temps j'apercevais plus souvent le nom de Gerry Conway aux génériques de séries télévisées qu'aux couvertures de comic books, le premier constat qui s'impose après la lecture de The Last days of Animal Man est qu'il n'a pas perdu la main.

En six numéros Conway, assisté d'une belle équipe artistique nous raconte les derniers jours d'Animal Man.

C'est un véritable plaisir de voir se nouer la trame du récit, rien n'est laissé au hasard, chaque élément entre en résonance avec le tout ; Gerry Conway n'oublie pas le procédé de Tchekhov dit "loi du fusil" qui stipule que si dans le premier acte vous indiquez qu'un fusil est accroché au mur, alors il doit absolument être utilisé [..]. Si personne n'est destiné à s'en servir, il n' aucune raison d'être là. Sauf bien sûr ajouterais-je, s'il s'agit d'un leurre.


... Nous sommes dans un futur proche et Buddy Baker alias Animal Man doit faire face à la disparition progressive de ses super-pouvoirs, à l'apparition d'un nouveau super-vilain en la personne de Prismatik (mais qui cependant n'apparaît pas ex nihilo), le tout placé sous les auspices de la famille, de l'héritage, des liens du sang (on appréciera notamment que l'un des protagonistes tire ses super-facultés du sang) ...

Tout cela est rondement bien mené, notamment grâce à l'attention que montre Conway à ne pas se laisser envahir par des considérations philosophiques au détriment de l'action et de l'émerveillement (cf. l'apparition d'un membre du Corps des Green Lanterns) sans pour cela empêcher les personnages d'avoir  une épaisseur. Bien au contraire tout est admirablement bien pesé pour nous offrir une histoire à la fois divertissante, poignante et amusante. 
 

... Ainsi les pouvoirs d'Animal Man, qui sont rappelons-le la faculté d'intégrer et d'utiliser des spécificités d'animaux se trouvant à proximité : la force d'un éléphant, de voler comme un oiseau par exemple et ce, grâce aux champs morphogénétiques.
Les champs morphogénétiques (ou champs morphiques) sont une hypothèse scientifique théorisée et popularisée notamment par Rupert Sheldrake (cf. La mémoire de l'Univers - 1988).


Et si mon cher Buddy, cette hypothèse propose que toutes les formes minérales ou biologiques, mais aussi comportementales ou psychiques obéissent à des champs qui constitueraient une mémoire régie par les lois de la résonance, à ceci s'ajoute que plus une forme (ou un comportement) est répétée (principe de la chréode) plus son champ se renforce et plus il est influent. Une influence qui s'inscrit par delà l'espace-temps. (cf. la théorie du 100ième singe, le cas des mésanges bleues, ou encore pourquoi il vaut mieux apprendre ses devoirs le soir (voir Y le dernier homme recueil n° 9 éditions Panini)). Cependant si Sheldrake restreint les champs morphiques à chaque espèce, Animal Man passe outre. 
Dernièrement le physicien finlandais Matti Pitkänen semble avoir proposé, du moins selon les vulgarisateur de sa pensée (car sa théorie est tout sauf facile à comprendre) que notre ADN serait une sorte d'antenne et qu'elle pourrait communiquer ???
En tout cas une théorie très intéressante du point de vue romanesque.


... Pour terminer, The last days of Animal Man est une histoire qui mériterait une traduction en français tant par sa qualité intrinsèque que par l'absence de nécessité d'en savoir plus sur le personnage que ce que nous en disent ces six épisodes.   

Commentaires

  1. Un vœu pieux.
    Depuis Arédit, à ma connaissance, aucune histoire d'Animal Man n'a été traduite en français.

    RépondreSupprimer
  2. Et c'est bien dommage.
    D'autant que les Morrison sont réédités en TPB, donc accessibles pour des éditeurs français qui n'auraient pas d'idées.



    Jim

    RépondreSupprimer
  3. À part ça, la "loi du fusil", c'est le principe du "plant" et du "pay off" dans l'audio-visuel d'Hollywood, non ?




    Jim

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…